La chef du Parti vert, Elizabeth May, a dévoilé mercredi matin son programme électoral au centre-ville de Halifax, en promettant notamment d'aider les Canadiens à faibles revenus ainsi que les entreprises qui réduiront leurs émissions de carbone.

LA PRESSE CANADIENNE

Les Verts promettent d'imposer aux entreprises une taxe de 50 $ par tonne de carbone émise, et de taxer les produits chimiques. Ils utiliseraient ces revenus pour diminuer la taxe sur le revenu et les charges sociales.Les compagnies qui réduiraient leurs émissions de carbone verraient aussi leurs impôts diminuer de 50 $ par tonne.

Le Parti vert promet de hausser la TPS d'un point de pourcentage, à 6,0 pour cent, pour aider les municipalités à financer les infrastructures et le transport en commun.

Les Verts promettent également de supporter l'introduction d'un partage du revenu pour l'impôt des particuliers, et de réduire les contributions des employeurs à l'assurance emploi et au Régime de pensions du Canada.

Mme May a assuré que malgré le coût rattaché à ces promesses, les Verts pourront maintenir un surplus budgétaire.

Elle a aussi profité du lancement de son programme pour critiquer la manière dont le premier ministre Stephen Harper gère l'économie du pays. Elle a affirmé qu'en tant que capitaine entêté et affolé, il mène son navire tout droit vers un dangereux récif.

Selon la chef des Verts, son parti est le seul qui puisse mener le pays dans une direction qui fera la joie des générations futures.

Elle croit que son approche est réaliste puisque ses promesses permettront à la fois d'aborder le problème des changements climatiques et celui de l'instabilité économique, tout en réduisant l'écart entre les riches et les pauvres.

Les Verts promettent aussi de réduire d'ici 2020 les émissions de gaz à effet de serre de 30 pour cent sous les seuils de 1990, et de 80 pour cent d'ici 2050.