Stephen Harper a annoncé aujourd'hui que s'il est reporté au pouvoir, son parti remplacera la loi sur les jeunes contrevenants par une loi plus sévère.

Hugo de Grandpré LA PRESSE

Les mesures envisagées par les conservateurs incluent des peines de prison à vie pour des jeunes de 14 ans et plus coupables de meurtres au premier ou au second degré. Les autres

crimes violents seraient aussi punis plus sévèrement.

Le Parti conservateur voudrait aussi abolir l'interdit de publication du nom des jeunes contrevenants de moins de 14 ans et plus coupables d'une infraction violente, comme un meurtre, une tentative de meurtre ou une agression sexuelle.

La nouvelle loi donnerait également discrétion au juge pour autoriser la publication du nom de jeunes coupables d'infractions répétées. À noter cependant qu'au Québec, l'âge est de 16 ans et que les conservateurs ne prévoient pas le modifier.

Le chef conservateur Stephen Harper a annoncé une série d'autres mesures visant à axer la loi davantage sur des principes de «dissuasion et de responsabilité», dont l'inclusion d'un énoncé dans la nouvelle législation qui déclarerait que «la protection de la société est l'un des objectifs premiers de la loi».

«Nous devons, et allons, rétablir un équilibre dans la loi sur les jeunes contrevenants, a dit M. Harper. Notre gouvernement conservateur croit à la prévention et à la réadaptation des contrevenants. Mais on croit aussi qu'il faut les tenir responsables de leurs actes et dissuader les autres de commettre des actes similaires.»



Vote de confiance


La semaine dernière, le premier ministre avait indiqué que certaines mesures de justice criminelle, comme celles-ci, feraient l'objet d'un vote de confiance à la Chambre des communes. Il compte ainsi forcer les partis d'opposition à voter en faveur de ses projets de lois. Faire autrement pourrait replonger le pays en campagne électorale. Interrogé à ce sujet lundi, Stephen Harper y a vu un raison supplémentaire de donner un mandat fort à son gouvernement.

«Nous cherchons un mandat fort pour réformer le système judiciaire et nous aurons des mesures importantes», a-t-il dit.

Par ailleurs, M. Harper a aussi annoncé qu'il augmenterait à 10 millions de dollars par année le Fonds de lutte contre les activités des gangs de jeunes. Ce fonds soutient des projets dans les communautés à risque et aide les personnes vulnérables à retourner vers le travail ou l'éducation.

Duceppe contre

Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, a vivement critiqué la proposition conservatrice : il s'agit d'une autre raison qui éloigne les Québécois des positions de M. Harper, a-t-il indiqué. «C'est la façon républicaine, comme aux États-Unis : plus de gens dans les prisons, plus d'armes en circulation, a dit M. Duceppe. Je ne veux pas vivre dans cette société-là.»

Stéphane Dion estime lui aussi qu'il s'agit d'une très mauvaise idée.

Jack Layton, pour sa part, s'en est pris à l'idée de publier les noms. «Je n'ai jamais rencontré personne qui pensait que le fait de ne pas nommer des jeunes contrevenants était un problème fondamental», a-t-il dit.