Chaque électeur canadien devrait baser son vote non pas en regard de l'appartenance des candidats à un parti politique donné, mais en fonction de la volonté de ceux-ci d'agir pour contrer les changements climatiques.

LA PRESSE CANADIENNE

C'est en tout cas la proposition avancée mercredi en conférence de presse par des représentants de groupes environnementaux québécois et canadiens réunis à Montréal, dont l'Institut Pembina, QuébecKyoto, l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique, Greenpeace et la Coalition canadienne des jeunes pour le climat. Le porte-parole d'Equiterre, Steven Guilbeault, dont la présence était annoncée, brillait par son absence.Les environnementalistes constatent que les sondages démontrent, les uns après les autres, que les Canadiens sont préoccupés par les changements climatiques et qu'ils souhaitent que le prochain gouvernement s'en occupe. Cela passe, estiment-ils, par l'engagement du prochain gouvernement fédéral à réduire la dépendance des Canadiens aux combustibles fossiles et à cesser de subventionner les industries de ce secteur et de celui de l'énergie nucléaire.