Faisant campagne au Québec, mardi, le candidat libéral vedette Bob Rae a concentré ses attaques sur le Parti conservateur, soutenant que Stephen Harper n'a pas d'équipe et que le programme conservateur est de plus en plus idéologique.

LA PRESSE CANADIENNE

M. Rae a qualifié de position extrémiste la promesse conservatrice de durcir davantage la Loi sur les jeunes contrevenants.«Condamner un enfant de 14 ans à la prison à vie est une position extrémiste qui va contre les valeurs de la majorité des Canadiens», a-t-il soutenu.

Il a déploré que M. Harper travaille en solo et a mis l'accent sur la force de l'équipe libérale, citant les noms de Michael Ignatieff et Ken Dryden.

Les libéraux comptent sur M. Rae et d'autres poids lourds pour faire pencher la balance au Québec. M. Rae a dit croire que Stéphane Dion serait de plus en plus présent au Québec à l'approche des débats du 1er et 2 octobre.

L'ex-candidat au leadership du Parti libéral a dit croire que la «vraie campagne» avait pris son envol.

«C'est la vraie campagne qui commence, avant les débats et après les débats. Beaucoup de gens n'ont pas pris leur décision, a fait valoir M. Rae. M. Harper a tenté de voler l'élection en la lançant à la hâte après la fête du travail alors que peu de gens portaient attention.»

Au lendemain de la présentation détaillée du programme du Parti libéral, M. Rae a choisi de s'arrêter à l'aéroport de Saint-Hubert, sur la rive-sud de Montréal, qui réclame l'aide du fédéral pour rénover ses installations.

M. Rae n'a pas pris d'engagement ferme, mais a reconnu les besoins pressants d'un investissement d'au moins 60 à 80 millions $ pour favoriser l'essor du secteur aéronautique qui représenterait environ 10 000 emplois dans la région. Il a exprimé la volonté du Parti libéral de travailler avec les décideurs régionaux.

M. Rae est venu prêter main forte au candidat libéral dans Saint-Bruno-Saint-Hubert, Pierre Diamond. Ce dernier a soutenu que les conservateurs favorisaient un désengagement de l'État défavorable aux régions et que voter pour le Bloc québécois pouvait représenter un frein à l'économie.