(Québec) Face à un marché de la construction en surchauffe et devant des centres de la petite enfance (CPE) qui ne parviennent plus à développer de nouvelles places avec les budgets octroyés, Québec bonifie de 76 % les barèmes du Programme de financement des infrastructures du ministère de la Famille.

Publié le 26 mai
Hugo Pilon-Larose
Hugo Pilon-Larose La Presse

La nouvelle sera confirmée vendredi par le ministre Mathieu Lacombe. Il s’agit pour le gouvernement Legault d’une bonification importante à son « grand chantier pour les familles », qui prévoit l’ajout de plus de 37 000 nouvelles places subventionnées dans les garderies d’ici 2025 pour assurer une place à chaque enfant. Le 31 décembre dernier, 51 761 parents étaient toujours inscrits sur la liste d’attente pour obtenir une place pour leur enfant dans le réseau.

Selon Québec, la pénurie de main-d’œuvre explique en partie pourquoi les coûts de construction augmentent particulièrement ces jours-ci, ce qui bouleverse les prévisions budgétaires. D’autres facteurs mettent aussi de la pression sur les coûts et les échéanciers de constructions de nouvelles infrastructures des CPE, comme la rareté des matériaux, des terrains et l’effervescence des marchés.

À titre d’exemple, en bonifiant de 76 % les barèmes du Programme de financement des infrastructures, le ministère de la Famille estime que le budget d’un projet de 80 places dans la région de Chaudière-Appalaches passera de 1,7 million à 2,9 millions. « On a demandé au CPE de développer de nouvelles places rapidement, dans un contexte rendu difficile en raison des effets de la pandémie de COVID-19 et de la surchauffe du secteur de la construction, aujourd’hui on leur donne des moyens à la hauteur de ce défi », estime le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe.

Au début du mois de mai, l’Association québécoise des CPE (AQCPE) pressait Québec de revoir son programme de financement face au marché de la construction en surchauffe. Selon la directrice générale de l’organisme, Geneviève Bélisle, « il n’y a plus un projet qui rentre dans toutes les cases du gouvernement », rapportait alors Radio-Canada.

Le temps presse pour le gouvernement afin de développer les nouvelles places promises et tenir sa promesse de compléter le réseau des garderies d’ici 2025. Depuis la présentation du « grand chantier », Québec a raté sa cible en matière de création de places dans les CPE et dans les garderies privées subventionnées pour l’année 2021-2022. Le ministre a depuis promis qu’il rattraperait le retard accumulé et qu’il créerait comme prévu 10 000 nouvelles places cette année seulement.