En réaction aux négociations collectives infructueuses, le personnel professionnel scolaire débraiera le mercredi 9 juin en avant-midi, suspendant les cours dans les écoles primaires et secondaires. À noter que certains établissements demeureront ouverts, afin de ne pas nuire à l’opération de vaccination prévue la même date.

Léa Carrier
Léa Carrier La Presse

À la suite de l’annonce des lignes de piquetage par la Centrale des syndicats de Québec, en mai, les services scolaires ont apporté des ajustements, vendredi soir, afin de s’y préparer.

« Nous sommes conscients des défis occasionnés par cette année d’exception et que les grèves des dernières semaines viennent modifier, une fois de plus, la routine des familles », a indiqué le Centre de services scolaire de Montréal dans un courriel transmis aux parents d’élèves.

Ainsi, les écoles primaires fermeront leur porte toute la journée du 9 juin. Bien qu’il n’y aura pas d’enseignement à distance, l’élève pourra joindre son professeur par Teams ou par courriel durant l’après-midi. Les services de garde seront également fermés.

Au secondaire, les élèves de tous les niveaux travailleront de la maison en avant-midi, avant de revenir en classe en après-midi selon l’horaire habituel.

Certains établissements scolaires seront ouverts toute la journée, afin de procéder à l’opération de vaccination qui y était déjà prévue. Il s’agit des écoles secondaires Sophie-Barat, Saint-Henri, Évangéline, La Dauversière, La Voie et Louis-Riel.

Finalement, les étudiants de la Formation générale des adultes et des Formations professionnelles seront dispensés de cours en avant-midi seulement. Ils devront ensuite retourner sur les bancs d’école.

Plus de 10 000 professionnels de l’éducation prendront le chemin des piquets de grève pour la troisième fois en quelques semaines. Insatisfaits de leurs conditions salariales, les membres de la Fédération des professionnelles et professionnels de l’éducation du Québec, pour la majorité des femmes, déplorent un « important retard salarial » sur leurs homologues de la fonction publique et du secteur privé.

Leur convention collective est échue depuis 2020.