Deux ans après avoir annoncé son projet d’un centre d’autisme, l’organisation À Pas de Géant sollicite au gouvernement québécois une contribution de 25 millions $, qui lui permettrait de concrétiser sa vision.

Léa Carrier Léa Carrier
La Presse

Chef de file dans le domaine de l’autisme et des services éducatifs, À Pas de Géant a annoncé en 2019 son intention de devenir le « Harvard de l’autisme » par la création d’un centre d’autisme à la fine pointe de la technologie. Le projet inclut une école, un centre d’éducation et d’emploi pour adultes, un centre de ressources et communautaire et un centre de recherche et d’innovation.

« À ce moment-là, aucun partenaire financier n’était impliqué et le projet semblait intéressant, mais très ambitieux », précise la relationniste Frédérique Lorrain.

Dans un communiqué de presse diffusé samedi, l’organisation a annoncé le lancement d’une campagne de financement, dont l’objectif est de lever 24 millions $. « Elle espère maintenant recevoir une contribution de la part du gouvernement pour que son projet se concrétise », poursuit Mme Lorrain. Selon l’organisation, ce projet positionnera la province comme un leader dans le domaine de l’éducation, de la recherche et de la prestation de services aux personnes autistes.

Évalué à 50,7 millions $, le projet a déjà obtenu des engagements totalisant plus de 14 millions d’investisseurs privés, dont la Fondation Marcelle et Jean Coutu, la Fondation Hewitt, la Fondation Molson et la Banque Nationale. À cette somme s’ajoutent 1,3 millions $ récoltés par les parents.

« Fournir des services éducatifs et communautaires de meilleure qualité, fondés sur des données probantes, à un plus grand nombre d’enfants et d’adultes autistes est une nécessité absolue. En lançant cette campagne aujourd’hui, nous franchissons une autre étape qui nous rapproche de la concrétisation de notre vision », a indiqué le directeur général de l’école À Pas de Géant, Thomas Henderson.

L’animateur Charles Lafortune et sa femme, l’actrice Sophie Prégent, participent au projet. Leur fils autiste fréquente l’école À Pas de Géant depuis l’âge de trois ans. « Ce centre repoussera les limites actuelles et aura un impact majeur sur la communauté de l’autisme. [Il] facilitera tous ces objectifs et sera accessible à un plus grand nombre de personnes », a témoigné le couple.

Les services du centre d’autisme seraient accessibles aux professionnels, aux employeurs, aux personnes autistes ainsi qu’à tous ceux qui auront besoin de soutien et d’orientation.