(Montréal) Pour faire « baisser la pression » dans le réseau scolaire en cette année particulière, le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge lance une campagne de recrutement pour offrir du tutorat auprès des élèves en difficulté, annule les examens ministériels prévus au calendrier et change la pondération des bulletins.

Marie-Eve Morasse Marie-Eve Morasse
La Presse

En point de presse vendredi, le ministre Jean-François Roberge a d’abord estimé « qu’il y a un consensus assez fort au Québec pour dire qu’il faut rouvrir les écoles le plus vite possible ». Il a notamment cité des médecins et pédiatres qui ont appelé tour à tour à la réouverture des écoles dans les dernières semaines.

Pour aider les jeunes en difficulté, Jean-François Roberge a lancé un appel aux retraités de l’éducation, mais aussi aux étudiants en enseignement à l’université pour faire du tutorat auprès d’eux. « Ces gens-là pourront accompagner des élèves qui auront été ciblés par les enseignants », a déclaré le ministre.

Au primaire comme au secondaire, Québec annule les examens du ministère prévus cette année. Ils l'avaient aussi été l'an dernier. Le ministère fournira aussi aux enseignants un document des « savoirs essentiels » que les élèves doivent avoir à la fin d'une année scolaire pour « faire baisser la pression ».

Les enseignants auront par ailleurs deux semaines de plus pour rendre le premier bulletin de l’année. Il devra être produit au plus tard au début du mois de février. Ce premier bulletin avait au départ été repoussé au 22 janvier, mais la fermeture prolongée des écoles pendant la période des Fêtes faisait craindre à plusieurs enseignants de ne pas arriver à évaluer leurs élèves à temps.

La pondération de ces bulletins change : celle du premier bulletin sera revue à la baisse et celle du second à la hausse, mais « des consultations sont encore en cours » pour déterminer combien vaudra chaque bulletin, a précisé le ministre Roberge. La semaine de relâche du mois de mars est maintenue comme prévu.

Québec affirme également que tous les centres de services scolaires ont maintenant l'équipement informatique nécessaire pour les élèves qui n'ont pas de matériel informatique à la maison, tant au primaire qu'au secondaire.

Québec lance par ailleurs une application mobile pour briser l’isolement des jeunes. « On va aller où les élèves sont souvent, c’est-à-dire sur leurs téléphones », a déclaré le ministre.