(Québec et Montréal) Plusieurs écoles privées de la grande région de Montréal et de Québec annoncent qu’elles ferment leurs portes demain en raison des directives annoncées par le gouvernement du Québec au sujet de la pandémie de la COVID-19. Une fermeture des écoles publiques à Montréal et à Laval est aussi envisagée. Mais le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, « ne demande pas de fermer des écoles à ce moment-ci ».

Tommy Chouinard Tommy Chouinard
La Presse

Marie-Eve Morasse Marie-Eve Morasse
La Presse

Plusieurs établissements privés de la région montréalaise ont annoncé jeudi qu’ils ferment leurs portes le temps « d’analyser la situation ».

Des discussions sont aussi en cours entre les six commissions scolaires de Montréal et de Laval. Une majorité des personnes impliquées est favorable à l’idée de décréter un congé vendredi pour « force majeure », tel que prévu à la loi, selon une source qui fait partie des discussions.

Au Lac-Saint-Jean, la Commission scolaire du Pays-des-Bleuets a annoncé qu’elle fermait tous ses établissements vendredi. « Seul le personnel de conciergerie est appelé à se présenter au travail puisque la commission scolaire profitera de cette fermeture pour procéder à une désinfection des surfaces dans tous ses établissements », indique la commission scolaire.

Jeudi, le premier ministre François Legault a annoncé entre autres l’interdiction des rassemblements de plus de 250 personnes. Or dans plusieurs écoles, de tels rassemblements surviennent, sur l’heure du dîner à la cafétéria par exemple. Rappelons également que des établissements sont surpeuplés.

Le congé permettrait de prendre le temps de s’adapter aux directives et de prendre les mesures préventives nécessaires, indique-t-on. Une décision doit être prise bientôt, et des échanges sont en cours avec le ministère de l’Éducation.

En Ontario, toutes les écoles seront fermées pendant trois semaines, a annoncé le gouvernement. Il y a relâche la semaine prochaine dans leur cas.

À la sortie d’une réunion spéciale du conseil des ministres, Jean-François Roberge a affirmé qu’il n’y a pas pour le moment de directive de sa part au sujet de la fermeture d’écoles. « On ne demande pas de fermer des écoles à ce moment-ci, pas plus dans une région que dans une autre », a-t-il dit. « Je me fie tout simplement aux recommandations des experts et des gens de la santé publique qui nous disent qu’à ce moment-ci, ce n’est pas la décision à prendre. » Il a ensuite ajouté que « rien n’est exclu ». « On n’a pas pris cette décision-là pour l’instant. Peut-être qu’on va la prendre plus tard, peut-être pas non plus. » Une directive sera envoyée plus tard aux établissements du réseau dans laquelle, selon ses dires, il n’y aurait pas la recommandation de fermer les écoles.

Tout en disant qu’il n’est pas un « expert », il a avancé que « peut-être que le nombre de cas diminuera et que ça va aller en s’améliorant ». « Peut-être que d’autres informations nous amèneront à prendre d’autres décisions. Mais je ne peux pas exclure de choses », a-t-il ajouté.

Plusieurs établissements privés seront fermés vendredi. Le Collège Charles-Lemoyne de Longueuil entend en profiter pour « réorganiser les services éducatifs pour les prochaines journées ». L’établissement accueille des élèves du préscolaire au secondaire. La direction précise dans un communiqué que l’école devrait être rouverte lundi.

La situation est semblable au Collège Reine-Marie de Montréal. « Le départ d’employés et d’élèves pour une période d’isolement n’est pas sans conséquence. C’est pourquoi nous prenons le temps de bien analyser les choses », écrit le directeur général dans un communiqué.

La liste des écoles fermées vendredi comprend aussi le Collège de Montréal, l’Académie Louis-Pasteur de Montréal, le Collège Regina Assumpta de Montréal, le Collège Bourget de Rigaud et L’Académie Saint-Louis de Québec.

L’Université de Montréal a quant à elle pris la décision de suspendre la tenue de tous les cours qui réunissent plus de 250 étudiants.

« Le personnel enseignant et les étudiants et étudiantes concernés recevront des consignes sous peu », écrit l’établissement dans un communiqué.

L’Université de Montréal annule en outre toutes les activités d’enseignement et de recherche à l’étranger pour les étudiants jusqu’à l’automne prochain, et ce, dans tous les pays.

De même, HEC Montréal annule tous ses événements prévus jusqu’au 1er mai.