Après la découverte de concentrations hors normes de plomb dans l’eau de ses premières écoles primaires testées, la Commission scolaire de Laval installera ces jours-ci des affiches près de toutes les fontaines de ses écoles primaires et secondaires invitant les enfants à faire couler l’eau une minute avant de la boire.

Caroline Touzin Caroline Touzin
La Presse

Une lettre signée par son directeur général Yves Michel Volcy a été envoyée mardi aux parents de tous les élèves du territoire pour leur annoncer cette mesure préventive, tout en leur proposant – s’ils le « désirent » – de fournir une bouteille d’eau provenant de la maison à leurs enfants le temps que toutes les analyses soient effectuées.

« Il a été démontré que l’écoulement de l’eau est une bonne pratique en matière de réduction de plomb », précise-t-on dans ce document.

La Presse a récemment demandé à la Commission scolaire de Laval de lui fournir les analyses détaillées des premières écoles qui ont testé la concentration de plomb dans leur eau en vertu de la Loi sur l’accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels.

Or, la commission scolaire a d’abord refusé de nous les transmettre, pour ensuite se raviser mardi. Elle nous a envoyé les résultats de quatre écoles testées le jour même où elle a transmis la lettre aux parents.

Rappelons que le gouvernement de François Legault a ordonné l’automne dernier que toutes les écoles de la province soient analysées à la suite d’enquêtes journalistiques menées par La Presse et Le Soleil qui révélaient que l’eau de certaines écoles contenait trop de plomb.

Ainsi, l’automne dernier, la très grande majorité des points d’eau échantillonnés dans les écoles primaires Raymond, Le Baluchon, Demers et Villemaire ont présenté des résultats excédant la norme de plomb dans l’eau lors des tests effectués sans écoulement préalable.

Le taux de plomb doit être inférieur à 5 microgrammes par litre, selon la Procédure visant à mesurer les concentrations de plomb dans l’eau potable des écoles du Québec du ministère de l’Éducation – elle-même inspirée de la recommandation de Santé Canada.

Voici les résultats* : 

Bâtiment / Nombre de points d’eau échantillonnés / Nombre de points d’eau non conformes au premier jet (sans écoulement préalable)
Raymond / 14 / 12
Le Baluchon / 17 / 12
Demers / 11 / 10
Villemaire / 30 / 29

Mesures correctives

Des mesures correctives ont ainsi été déployées dans ces quatre écoles, dont l’installation de filtres certifiés, a indiqué à La Presse Annie Goyette, directrice adjointe du Secrétariat général et du Service des communications à la Commission scolaire de Laval.

« Avec l’installation de ces filtres à l’école Raymond, la situation est maintenant rétablie et tous les points d’eau en fonction sont conformes, sans qu’un écoulement préalable ne soit requis, explique Mme Goyette. Deux points d’eau sont toujours condamnés jusqu’à ce que des correctifs additionnels soient effectués. »

L’installation des filtres certifiés est en cours dans les trois autres écoles et les points d’eau devraient être conformes sous peu, poursuit Mme Goyette.

La Commission scolaire de Laval, qui compte 84 établissements, affirme qu’elle respectera les délais imposés par le ministère de l’Éducation, soit avant le 23 juin pour les écoles primaires et le 1er novembre pour les autres. Pour chaque établissement où une analyse est complétée, les parents et le personnel recevront une communication afin de les informer de l’état de la situation pour leur école ou leur centre, assure-t-elle.

Il n’existe pas de seuil sous lequel l’exposition au plomb serait sans danger, selon l’Organisation mondiale de la santé. Le plomb est hautement toxique et agit à très faible dose. Et les jeunes enfants sont les personnes les plus vulnérables à ses effets nocifs.

– Avec la collaboration de William Leclerc

* Au début de l’automne, la Commission scolaire de Laval a effectué des analyses préliminaires dans certains de ses bâtiments plus anciens et quatre écoles ont présenté des résultats non conformes par rapport au taux de plomb dans l’eau : les écoles primaires Raymond, Le Baluchon, Demers et Villemaire. Tous les points d’eau de ces bâtiments ont alors été fermés et de l’eau embouteillée a été fournie. À la suite de la réception de la directive du ministère de l’Éducation le 25 octobre dernier et conformément à cette directive, des vérifications additionnelles ont été effectuées dans ces quatre établissements en priorité. Le tableau ci-dessus donne les résultats de ces vérifications additionnelles.