Québec a dévoilé mardi la nouvelle image qu’il souhaite donner aux écoles publiques de la province. Les architectes devront désormais suivre un guide bien défini mettant à l’honneur le bois, l’aluminium et le « bleu fleurdelisé », mais le gouvernement assure que les écoles ne seront pas uniformisées.

Marie-Eve Morasse Marie-Eve Morasse
La Presse

Des bâtiments défraîchis

PHOTO FOURNIE PAR VINCENT LECLERC ARCHITECTE INC.

Les écoles de la province sont mal en point, a reconnu mardi le premier ministre du Québec. « C’est un peu gênant de se dire que sur les 2400 écoles qu’on a au Québec, il y en a 1800, donc les trois quarts, qui sont en mauvais état. Comme société, on ne peut pas être fier de ça », a déclaré François Legault. Son gouvernement, dit-il, a fait le constat qu’un « coup de barre » s’imposait. Selon le Plan québécois des infrastructures 2019-2029, l’âge moyen des écoles primaires publiques au Québec est de 57 ans, tandis que celui des écoles secondaires est de 52 ans.

Vers des écoles « bleu fleurdelisé »

PHOTO FOURNIE PAR VINCENT LECLERC ARCHITECTE INC.

Dès cette année, les agrandissements et les constructions de nouvelles écoles seront guidés par quatre grands principes. Les écoles auront plus de fenêtres, des espaces communs plus vastes et leurs cours seront embellies. Quant aux matériaux, on privilégiera le bois en parement intérieur ou dans la structure et l’aluminium pour le mobilier ou en parement.

Le ministre de l’Éducation affirme que les écoles du Québec ne seront pas pour autant uniformisées. « On veut avoir une signature visuelle […]. Ça ne sera pas identique, mais il y aura un rappel visuel suffisamment important pour qu’on sache que ça, c’est une école, que ça fait partie de la nouvelle génération d’écoles », a indiqué Jean-François Roberge.

Une trentaine d’écoles prévues

PHOTO FOURNIE PAR VINCENT LECLERC ARCHITECTE INC.

Déjà, 20 nouvelles écoles primaires et 16 écoles secondaires sont en voie d’être construites selon cette nouvelle « vision ». Pour l’année en cours, 4 milliards sont prévus pour de nouvelles constructions, des agrandissements et des rénovations d’écoles.

Le chantier pour remettre les écoles à neuf prendra un « certain temps », a reconnu le ministre de l’Éducation. « D’abord, il y a une crise à régler. Il y a des pénuries de locaux, c’est urgent. Il y a des écoles à Montréal où ça déborde vraiment […]. C’est pas jojo », a dit Jean-François Roberge. Comme dans le passé, certaines écoles trop délabrées devront tout simplement être démolies. « Il y a quelques écoles où il sera préférable de démolir et de reconstruire pour une question de vétusté, ce sont des écoles qui sont classées E depuis longtemps et qui ont été négligées par les précédents gouvernements », a ajouté le ministre de l’Éducation.

La fin du Lab-École

PHOTO FOURNIE PAR VINCENT LECLERC ARCHITECTE INC.

La nouvelle signature architecturale imaginée par Québec sonne le glas de sa collaboration avec le Lab-École, un projet instauré par le gouvernement libéral en 2017. Le ministre de l’Éducation affirme qu’il ne s’agit pas d’un désaveu. « Ils vont être arrivés au bout de leur mandat, d’avoir fait ces grandes consultations, d’avoir fait le tour du jardin. Ils ont voyagé, ils ont consulté, ils ont nourri notre réflexion. Ils vont avoir livré ces écoles-là et vont nous avoir permis, avec bien d’autres personnes et d’autres groupes, de créer cette nouvelle vision », a souligné Jean-François Roberge.

L’un des trois cofondateurs du Lab-École, l’architecte Pierre Thibault, se réjouit que Québec « souhaite offrir de meilleures écoles aux enfants ». « Le gouvernement nous a donné de l’argent pour compléter nos projets jusqu’en 2022. J’espère que le Lab-École est là pour plus longtemps, c’est un acteur utile qui tire tout le monde vers le haut », dit Pierre Thibault. « Il y a un tournant au Québec, on y a contribué largement », ajoute-t-il. Comment trouve-t-il les images dévoilées mardi ? « Je ne peux pas me prononcer vraiment, j’ai vu deux ou trois images », a affirmé l’architecte.

Le ministre « confiant » d’avoir des terrains

PHOTO FOURNIE PAR VINCENT LECLERC ARCHITECTE INC.

Québec se dit « confiant » qu’il pourra s’entendre avec les municipalités pour avoir des terrains où construire ces nouvelles écoles. La loi 40 permet aux futurs centres de services scolaires d’acquérir des terrains municipaux sans débourser un sou, ce qui a récemment soulevé l’ire des municipalités qui seront privées de revenus. « On est confiants de construire des écoles », a répété le ministre de l’Éducation.

La transformation des commissions scolaires en centres de services facilitera les choses, croit Jean-François Roberge. « Ça va aller plus vite, ça va aller mieux, on va avoir enfin les vrais chiffres, on va être capables de s’entendre sur les besoins quand on développe un quartier ou quand on revitalise un quartier », a-t-il dit. La construction d’écoles secondaires sera prise en charge par une équipe-maître composée notamment d’architectes et d’ingénieurs et de la Société québécoise des infrastructures, tandis que les écoles primaires seront gérées par les centres de services scolaires, a précisé le ministre.