Après l’Université Concordia, c’est au tour de l’Université de Montréal d’offrir à ses étudiants de remplacer la note finale d’un cours par la mention « succès » ou « échec » en raison des conditions dans lesquelles les cours se déroulent en contexte de pandémie.

Marie-Eve Morasse Marie-Eve Morasse
La Presse

Mardi, la Commission des études a donné son autorisation à l’adoption d’une telle modalité. « Les étudiants pourront choisir, s’ils le désirent, pour un cours de leur trimestre d’obtenir la mention succès ou échec au lieu d’une note. Cette mention permet de ne pas jouer sur la moyenne de l’étudiant », explique par courriel la porte-parole de l’Université de Montréal, Geneviève O’Meara.

Un seul cours sur l’ensemble de la session pourra ainsi être noté.

La semaine dernière, l’Université Concordia a adopté une telle mesure, laquelle a été utilisée dans bien des universités de la province l’hiver dernier, quand l’enseignement est rapidement passé en mode virtuel.

L’Union étudiante du Québec, qui représente plus de 90 000 étudiants universitaires, estime pour sa part que cette méthode de notation peut avoir des impacts sur le stress et l’anxiété liés à la performance, mais aussi sur la diminution du plagiat.

« On croit que les universités devraient regarder cette option avec beaucoup plus d’attention. Dans la situation où on se trouve, il faut faire preuve de flexibilité et d’ouverture », dit sa présidente Jade Marcil.

– Avec La Presse canadienne