(Québec) Face au « silence » du ministre de l’Éducation, la députée libérale Marwah Rizqy se tourne vers le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, afin d’obtenir des « réponses claires » sur plusieurs enjeux liés à la rentrée scolaire.

Caroline Plante
La Presse canadienne

La députée de Saint-Laurent a envoyé une missive au Dr Arruda lundi soir, dans laquelle elle pose une trentaine de questions qualifiées de « légitimes » et « dont les parents attendent impatiemment les réponses ».

Il est rare qu’un député d’opposition s’adresse directement à un sous-ministre adjoint. Normalement, le député interpelle un membre du gouvernement pour obtenir des informations ou l’amener à rendre des comptes sur sa gestion.

Lundi, les trois partis d’opposition ont fustigé le ministre Jean-François Roberge, l’accusant de manquer de leadership. Gabriel Nadeau-Dubois, de Québec solidaire, est allé jusqu’à dire que le ministre faisait preuve d’une « passivité complètement inexcusable ».

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Jean-François Roberge

Dans sa lettre, Marwah Rizqy soutient qu’« à quelques semaines du retour à l’école, des tonnes de questions demeurent toujours sans réponses quant à la gestion de la COVID-19 dans les écoles ».

Nombreuses interrogations

Par exemple, si un enfant se présente à l’école avec des symptômes de la COVID, quel protocole sera mis en place pour éviter la contagion ? Est-ce qu’il y aura un protocole unique pour l’ensemble des établissements ?

Est-ce que l’enfant sera retourné automatiquement à la maison ? Est-ce qu’il aura l’obligation de passer un test de dépistage avant son retour en classe ?

Si un membre du personnel a des symptômes de la COVID, est-ce que les élèves seront informés et est-ce qu’ils devront se placer en isolement volontaire ?

Si un enfant ou un membre du personnel reçoit un diagnostic positif de la COVID, est-ce qu’un professionnel de la Santé publique sera dépêché à l’école afin d’aider à gérer la crise ?

Par ailleurs, Mme Rizqy veut savoir la raison pour laquelle on n’impose pas le masque dans les écoles secondaires, alors qu’il est obligatoire dans les lieux publics fermés pour les personnes de 12 ans et plus. Elle se demande si la Santé publique a fait ou fera l’achat massif de masques pour les établissements scolaires.

L’élue libérale cherche également à savoir si le Dr Arruda recommande la prise de la température corporelle systématique pour les enfants avant d’entrer à l’école, et s’il prévoit faire l’acquisition de thermomètres pour les écoles d’ici la rentrée.

Elle émet aussi la possibilité de mettre en place des cliniques mobiles de dépistage pour aller dans les écoles ainsi que des équipes de santé dédiées exclusivement au réseau scolaire afin de réduire les risques d’éclosion dans les établissements scolaires.

Lundi, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a admis en conférence de presse qu’il y avait « beaucoup de questions sur les écoles ».

Il a expliqué que le plan de retour en classe présenté à la mi-juin sera « actualisé » et déposé la semaine prochaine. La question du port du masque sera aussi « réévaluée », a ajouté Horacio Arruda.

Pas de réponses pour Rizqy

Interrogé à savoir si le Dr Arruda avait l’intention de répondre à la lettre de Mme Rizqy, le ministère de la Santé a déclaré mardi que des discussions portant sur l’actualisation du plan étaient en cours entre le ministère de l’Éducation et la Santé publique.

« Le ministre Roberge et le Dr Arruda dévoileront publiquement cette actualisation au début de semaine prochaine. Les inquiétudes soulevées seront répondues à ce moment », a affirmé la relationniste Marjorie Larouche dans un courriel.