L’Université de Montréal a annoncé vendredi soir que les cours de l’automne prochain se tiendront en grande majorité à distance, pour limiter « au strict nécessaire » la présence d’étudiants et d’employés sur le campus.

Vincent Larouche Vincent Larouche
La Presse

Dans un message publié en soirée, le recteur Guy Breton affirme que « seuls certains cours ou certaines portions de cours pourront se donner sur le campus » et que ceux-ci seront l’exception. « Tout enseignement qui peut l’être devrait se faire à distance », dit-il.

« Il s’agit d’une décision prise d’abord dans l’intérêt de la santé de notre communauté et de la population en général – tout particulièrement de la population de l’île de Montréal, plus durement touchée par la crise sanitaire », écrit le recteur.

L’université entend embaucher de nouveaux auxiliaires d’enseignement pour aider la communauté universitaire à relever ce « véritable défi organisationnel ».

Dans le cas des activités qu’il est impossible de tenir à distance, comme certains stages et activités pratiques, les participants devront garder une distance de deux mètres entre eux. « Pour respecter cette consigne, nous devrons, selon nos estimations, limiter à environ 20 % la capacité d’accueil des salles de cours », explique le recteur.

M.  Breton dit avoir déjà eu vent que les autres universités suivront le mouvement.

« La presque totalité des universités canadiennes et américaines amorcent les préparatifs pour un automne très majoritairement à distance », dit-il.