(Montréal) Les commissions scolaires deviendront bel et bien des centres de services comme prévu en juin, toutefois la pandémie de coronavirus force Québec à reporter la nomination de leurs conseils d’administration.

Marie-Eve Morasse Marie-Eve Morasse
La Presse

Plutôt que d’entrer en fonction en juin comme il était initialement prévu dans la loi, les conseils d’administration des centres de services seront nommés au plus tard le 15 octobre 2020. D’ici là, ce sont les directeurs généraux des commissions scolaires qui dirigeront ces organisations.

Plusieurs acteurs du réseau scolaire demandaient à Québec de repousser cette partie de la réforme de la gouvernance scolaire en raison de la pandémie.

Dans une lettre envoyée au réseau scolaire dont La Presse a obtenu copie, le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge demande aux directeurs généraux de former un comité consultatif qui aura « pour mandat d’appuyer la direction générale dans la prise de décision » jusqu’à ce que le conseil d’administration soit nommé.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

Le ministre québécois de l'Éducation, Jean-François Roberge

Jean-François Roberge demande également aux centres de services de « reporter autant que possible la prise de décision et de se limiter aux décisions essentielles au fonctionnement de l’organisation, et ce, d’ici l’entrée en fonction du CA ».

Il ajoute que « dans l’éventualité où les mesures de distanciation sociale émises par le gouvernement seraient maintenues jusqu’à l’automne » les centres de services devraient réfléchir à des « des solutions permettant de désigner les membres des conseils d’administration ».