Partie en campagne cet automne pour redorer l’image de certaines de ses écoles secondaires, la Commission scolaire de Montréal (CSDM) croit que les élèves et leurs parents ont entendu l’appel. Les trois quarts des élèves de 6e année qui fréquentent actuellement une école primaire de la CSDM ont choisi une école secondaire de la même commission scolaire l’an prochain.

Marie-Eve Morasse Marie-Eve Morasse
La Presse

« C’est vraiment de bonnes nouvelles, on est très contents. Depuis 2005-2006, on calcule le taux de rétention des élèves de classes régulières de 6e année. On était toujours entre 69 et 72 % de nos élèves de 6e année qui restaient avec nous en passant au secondaire ; [75 %], c’est du jamais vu », dit la présidente de la CSDM Catherine Harel Bourdon.

À titre d’exemple, ce taux était descendu à 69 % en 2016-2017, avant de remonter à 72 % en 2017-2018. Certains élèves quittent la commission scolaire parce qu’ils déménagent, mais c’est surtout la migration vers l’école privée qui explique la différence, dit la présidente de la CSDM.

Catherine Harel Bourdon note également que les portes ouvertes dans les écoles secondaires de la commission scolaire ont été très courues cet automne.

La hausse démographique qui s’est traduite par une surpopulation dans les écoles primaires et qui se fait maintenant sentir dans les écoles secondaires n’est sans doute pas étrangère à cet engouement, mais la présidente de la CSDM croit aussi que les efforts de la commission scolaire pour attirer les élèves ont porté leurs fruits.

Un autre phénomène s’est aussi fait sentir cette année. « Ce qu’on remarque maintenant, c’est que déjà en 4e [année du primaire], les élèves commencent à visiter les écoles secondaires. Avant, c’était plus en 5e. C’est un peu tôt, mais entre eux, ils se mettent à en parler beaucoup. Des fois, aller visiter, ça estompe les craintes », dit Catherine Harel Bourdon.

Des écoles ciblées

Fait nouveau cette année, sur les 32 écoles secondaires que compte la commission scolaire, huit avaient été désignées par la CSDM dans le cadre d’une campagne pour redorer leur image. Ce sont des écoles qui ont souvent mauvaise réputation, au taux de décrochage élevé ou encore où la mixité sociale est faible.

Sur les huit écoles qu’on avait ciblées, il y en a eu cinq qui ont connu une hausse d’achalandage aux portes ouvertes.

Catherine Harel Bourdon, présidente de la CSDM

L’école Saint-Henri, dans le quartier du même nom, a connu une hausse spectaculaire, passant de 36 visiteurs en 2018 à 170 cette année. Les élèves et le personnel de cette école ont été en vedette cet automne dans la série documentaire 180 jours diffusée à Télé-Québec.

Dans le Plateau Mont-Royal, il y a eu plus de 1100 visiteurs à la journée portes ouvertes de l’école secondaire Jeanne-Mance, une nette augmentation par rapport à l’année précédente.

Mère d’une fille qui fréquentera cette école l’an prochain, Virginie Fortin a mené avec quelques parents une campagne pour redonner le goût aux parents du quartier – et à leurs enfants – de fréquenter leur école secondaire.

« Cette école a une mauvaise réputation qu’elle traîne depuis des années. On trouvait que les parents n’allaient pas voir Jeanne-Mance par méconnaissance. Quand on va à l’école privée, on a l’impression qu’une fois qu’on a signé et payé un certain montant, on est rassurés. On n’a pas cette impression-là avec l’école publique. Il y a peut-être un manque de contact personnel », dit Virginie Fortin.

Le jour des portes ouvertes à l’école secondaire, des marches ont donc été organisées à partir des écoles primaires du quartier. « Il y a vraiment eu beaucoup de monde », dit Virginie Fortin.

Elle estime que l’école secondaire publique a besoin d’être valorisée. « Il faut juste se remonter les manches. Je suis allée voir les directions d’écoles, on est rentrés en communication avec les parents. C’est le défi de l’école publique actuellement, on ne veut pas se retrouver à recevoir seulement une liste d’effets scolaires en juin. On est obligés de faire un peu de publicité parce que le privé le fait », dit-elle.

« Vivre une expérience »

La présidente de la CSDM constate pour sa part que les élèves qui visitent les écoles veulent « vivre une expérience, pas juste visiter ».

« Il faut faire des petits kiosques, faire des démonstrations dans les laboratoires de sciences, dans le gymnase. Les familles veulent sentir ce qui se fait. On travaille fort pour rénover nos écoles, mais visuellement, c’est sûr que si on compare au privé, on ne sort pas grands gagnants de l’aménagement physique des lieux, d’où l’importance de parler des activités qui se font dans l’école », dit Catherine Harel Bourdon.