Source ID:5274e2f400633ab4b58402b20c13bb77; App Source:StoryBuilder
Exclusif

Cours d'école glacées: à genoux pendant la récré

Les aléas de la météo hivernale se font sentir dans des cours d'école, parfois transformées en patinoires. Des commissions scolaires équipent leur personnel de crampons pour leur éviter les mauvaises chutes, mais des écoles demandent aux enfants qui jouent au même endroit de se déplacer à genoux pendant les récréations. Malgré tout, la Commission scolaire de Montréal n'entend pas déglacer ses cours d'école de manière systématique.

La cour glacée est un sujet de conversation... (Photo Bernard Brault, La Presse) - image 1.0

Agrandir

La cour glacée est un sujet de conversation qui revient systématiquement chez les parents dont les enfants fréquentent l'école Notre-Dame-de-Grâce, située dans le quartier montréalais du même nom. Sur notre photo, on peut voir la cour de l'annexe de l'école, située quelques coins de rue plus loin dans le même quartier.

Photo Bernard Brault, La Presse

Avant Noël, les filles de Marie Eve Maisonneuve ont reçu une étrange consigne pour les récréations et l'heure du dîner : marcher à quatre pattes dans les cours de leurs écoles primaires respectives, situées à Sainte-Marthe-sur-le-Lac et Saint-Joseph-du-Lac, au nord de Montréal.

« Pendant environ 10 jours, la consigne était de marcher à quatre pattes, les enfants n'avaient pas le droit de se déplacer debout. Le service de garde m'a confirmé que c'est parce que c'était trop glissant et dangereux, qu'il y avait eu des commotions cérébrales », dit la mère.

« Ma plus vieille était vraiment triste, elle m'a dit qu'elle ne pouvait pas vraiment jouer avec ses amis, car le temps qu'ils réussissent à se rejoindre d'un coin à l'autre de la cour à quatre pattes, la récré était terminée », poursuit Marie Eve Maisonneuve, qui prend la situation avec humour.

Il est possible que de telles directives aient été données avant les Fêtes en raison de la météo changeante, confirme la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles (CSSMI), qui n'a toutefois pas eu vent de ce cas précis.

« Certaines règles de sécurité peuvent spontanément être mises en place par les intervenants de chacune des écoles et des centres afin d'offrir à tous un milieu de vie sain et sécuritaire », nous a répondu par courriel la responsable des communications à la CSSMI, Mélanie Poirier.

Une règle absurde, dit Marie Eve Maisonneuve.

« Comment voulez-vous que les enfants dépensent leur énergie ? C'est pour ça, les récréations ! Je n'ai pas trouvé ça agréable non plus, des salopettes qui ont trois semaines d'existence et qui ont déjà des trous aux genoux... »

- Marie Eve Maisonneuve

La météo changeante oblige les éducateurs à s'adapter, dit Richard Gagnon, vice-président de l'Association professionnelle du personnel administratif (APPA), qui représente notamment les 1200 éducatrices des services de garde de la Commission scolaire de Montréal (CSDM).

Quand les cours d'école deviennent trop dangereuses, poursuit-il, demander aux enfants de se déplacer à genoux fait partie des mesures qui sont parfois prises, bien que difficiles à respecter pour certains élèves.

« Quand des jeunes ont passé la matinée à l'intérieur et ont le goût de bouger, si on leur dit qu'ils doivent être à genoux parce que c'est trop glissant, il y en a toujours quelques-uns qui vont se lever et se laisser glisser. Donc oui, il y a des blessures », dit M. Gagnon.

Déglacer coûterait trop cher, dit la CSDM

La cour glacée est un sujet de conversation qui revient systématiquement chez les parents dont les enfants fréquentent l'école Notre-Dame-de-Grâce, située dans le quartier montréalais du même nom.

« Glace, neige, redoux : on se retrouve à nouveau avec une couche de glace dans la cour cette année. Là où je ne suis pas contente, c'est que la commission scolaire continue de privilégier un non-déglaçage malgré les accidents documentés des enfants, notamment des commotions cérébrales », dit Anne-Laure Marcadet, qui était l'an dernier présidente du conseil d'établissement de l'école.

Peu avant Noël, c'est son fils de 7 ans qui s'est blessé au visage en tombant. « Il n'était pas en train de faire le fou, il a glissé et est tombé tête première », relate la mère.

L'an dernier, la CSDM s'est penchée sur la question du déglaçage des cours d'école. Premier constat : il faut déneiger avant de déglacer. Or, cette seule opération coûterait au minimum 2,5 millions annuellement. C'est trop cher, a-t-on conclu.

« Il n'y a pas de solution miracle au déglaçage, dit la présidente de la CSDM, Catherine Harel Bourdon. C'est ça aussi le problème. Il faut que ce soit respectueux de l'environnement et il ne faut pas que ce soit dommageable pour les enfants. »

« On est ouvert à essayer des projets-pilotes [pour déglacer les cours d'école], à condition que ça ait un effet bénéfique sur nos élèves, sur l'environnement, et que ça fonctionne. »

- Catherine Harel Bourdon

La CSDM a demandé aux directions de ses écoles primaires de répertorier cette année le nombre de récréations ou de dîners qui seront annulés à l'extérieur et d'en noter la cause.

« On va peut-être voir qu'il y a des écoles où la glace dans la cour est souvent la cause et à ce moment-là, il faudra agir », dit Catherine Harel Bourdon.

À l'école Notre-Dame-de-Grâce, les récréations à l'extérieur ont dû être annulées pendant sept jours consécutifs d'école l'hiver dernier en raison des mauvaises conditions de la cour, relève Anne-Laure Marcadet.

Des crampons pour le personnel

Pour diminuer le risque de chutes chez le personnel qui doit effectuer des surveillances dans les cours d'école, la CSDM et la CSSMI fournissent toutes deux des crampons à leurs employés.

Il en coûte moins cher de prendre une telle mesure que de payer des indemnités pour cause d'accident de travail, note Richard Gagnon.

« Les crampons ont été d'un grand secours. À partir du moment où les gens ont commencé à en porter, il y a eu une diminution des blessures assez marquée. Est-ce qu'il faudrait payer des crampons aux enfants ? »

- Richard Gagnon, vice-président de l'APPA

C'est deux poids, deux mesures, ce qui désespère Denise Thibaudeau, dont le fils de 7 ans a eu une commotion cérébrale l'an dernier en chutant sur la glace dans la cour de l'école Notre-Dame-de-Grâce. Il a dû être transporté à l'hôpital en ambulance.

« Ils reconnaissent que c'est un danger au travail, note-t-elle. Comme parent, je ne comprends pas que ce soit un danger pour les adultes, mais que nos enfants puissent aller aux mêmes endroits sans protection. Quelle est la logique ? On va attendre un autre accident ? »




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer