L'Université d'Ottawa s'est dissociée ce matin d'une activité d'« intégration » qui pousserait certains de ses étudiants à avoir des relations sexuelles et à poser des gestes dégradants.

Mis à jour le 18 oct. 2016
Philippe Teisceira-Lessard LA PRESSE

Selon La Rotonde, le journal étudiant francophone du campus, la soirée baptisée « Vet's Tour » comporte une liste de défis que les participants doivent accomplir pour remporter des points. 

« Parmi les dizaines de défis listés, on dénote : manger des poils pubiens en faisant des bruits de nature sexuelle », écrit le journal, qui s'est infiltré dans l'édition 2016 de l'activité. « La grande majo­rité des parti­ci­pants sont nus ou en sous-vête­ments. En regar­dant une liste du coin de l'oeil, on comprend vite pourquoi : les points alloués pour chaque défi sont quadru­plés si le parti­ci­pant est en sous-vête­ment et décu­plés s'il est nu. » Le journal assure aussi que des points seraient attribués aux étudiants qui ont des relations sexuelles avec les individus chargés de juger la compétition.

Hier soir, l'institution a condamné « vigoureusement la tenue récente d'un événement encourageant certains gestes disgracieux » et dénoncé « tout agissement allant à l'encontre des valeurs et des politiques mises en place sur le campus pour prévenir et contrer la violence sexuelle ». L'Université d'Ottawa a menacé les responsables de sanctions disciplinaires.

L'activité serait organisée par l'Association des étudiants en sciences, mais inclurait aussi des étudiants d'autres facultés.