Source ID:577994; App Source:cedromItem

Déclaration controversée sur les bibliothèques: Bolduc critiqué

Le ministre de l'Éducation du Québec, Yves Bolduc... (Photo Patrice Laroche, archives Le Soleil)

Agrandir

Le ministre de l'Éducation du Québec, Yves Bolduc

Photo Patrice Laroche, archives Le Soleil

Les propos du ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, qui a déclaré que les commissions scolaires pouvaient sabrer les budgets consacrés à l'achat de nouveaux livres pour les bibliothèques sans que cela pose problème, ont suscité un tollé, hier. Au nombre de ses critiques, on retrouve son propre chef, le premier ministre Philippe Couillard.

Après avoir déclaré que les commissions scolaires pouvaient sabrer leur budget consacré à l'achat de nouveaux livres dans le contexte des restrictions budgétaires, le ministre de l'Éducation Yves Bolduc a été critiqué de toutes parts, hier. Même son propre chef, le premier ministre Philippe Couillard, l'a contredit sur ce point.

«Un enfant n'a jamais assez de livres. C'est important d'avoir un accès facile à la lecture, car c'est une stimulation constante pour mieux connaître la langue. C'est vrai que les commissions scolaires doivent faire des choix, mais entre nous, je pense que d'autres choix peuvent être faits», a dit le premier ministre en point de presse.

Le Devoir a publié un article, hier, dans lequel Yves Bolduc affirmait que l'achat de nouveaux livres n'était pas nécessaire pour plusieurs écoles. «Il n'y a pas un enfant qui va mourir de ça et qui va s'empêcher de lire, parce qu'il existe déjà des livres [dans les bibliothèques]. J'aime mieux que les commissions scolaires achètent moins de livres. Nos bibliothèques sont déjà bien équipées», a déclaré le ministre au quotidien.

Ses propos ont aussitôt déclenché une vague de critiques. Enseignants et bibliothécaires ont été unanimes: le ministre de l'Éducation connaît mal la réalité de plusieurs écoles publiques du Québec, ont-ils expliqué à La Presse.

«On est complètement abasourdis. Je pense qu'il a seulement en tête les bibliothèques des écoles privées. Il ne connaît strictement rien à la réalité des écoles publiques», a vivement réagi Johanne Pomerleau, présidente de la Fédération des professionnelles et professionnels de l'éducation du Québec (FPPE-CSQ).

Son syndicat a publié l'an dernier une étude approfondie dans laquelle on sonnait l'alarme eu égard aux besoins criants des bibliothèques scolaires. Lorsqu'il a été nommé ministre en avril dernier, Mme Pomerleau affirme avoir sollicité une rencontre auprès d'Yves Bolduc pour lui exposer cette problématique et plusieurs autres dossiers. La réponse lui est finalement arrivée en juillet dernier: le ministre n'avait pas de temps à lui consacrer.

«Dans les milieux défavorisés, la bibliothèque est souvent le seul endroit où les enfants ont accès à des livres. Mais les ouvrages sont parfois si désuets qu'ils deviennent complètement inintéressants. Pourtant, toutes les études prouvent que la lecture est l'un des facteurs les plus importants contre le décrochage scolaire. Il faut investir davantage», a martelé Mme Pomerleau, visiblement contrariée.

Des livres désuets

Dans le cadre d'une récente recension des livres à la disposition des élèves d'une école de l'arrondissement de Verdun, à Montréal, le bibliothécaire Alban Berson a retiré de nombreux livres. Certains étaient complètement désuets. Ainsi, un ouvrage publié en 1986 présentait l'Union soviétique comme un pays.

Dans un autre livre, des scientifiques craignaient même que la Terre ne se refroidisse. Date de publication: 1974.

«Au départ, mon critère était de sortir de la bibliothèque tous les ouvrages publiés avant 1995, mais je me suis rapidement rendu compte que je ne pouvais pas, sans quoi il n'y aurait plus de livres», a expliqué M. Berson, responsable de la promotion de la lecture à la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys.

Dans cette petite bibliothèque située au sous-sol de l'école, qui sert aussi de vestiaire pour enfants, une classe de taille régulière peut s'y rendre tous les jours pour assister à des activités de lectures. Lorsque La Presse l'a visitée, les rayons présentaient peu de choix, mais la situation était déjà bien mieux que dans d'autres écoles primaires de la grande région montréalaise, a affirmé le bibliothécaire.

«Tout le monde à la commission scolaire, tant la direction que les enseignants et les parents bénévoles, s'efforcent d'offrir aux enfants un accès à la lecture. Mais parfois, il n'y a pas de bibliothèques. Quand c'est le cas, on passe des caisses qui contiennent des livres. Mais ce n'est pas l'idéal. Une bibliothèque n'est pas qu'un présentoir. C'est un milieu de vie», a dit M. Berson.

«Ce que je trouve désolant [dans les propos d'Yves Bolduc], c'est l'expression que les enfants ne vont pas "mourir" sans nouveaux livres. Quel argument! Si on supprime tous les enseignants, les enfants ne mourront pas non plus. Si on supprime l'école, les enfants ne mourront pas. Et si on supprime les livres, ils ne mourront pas. En effet. Mais ils finiront par mourir, un jour, tout simplement idiots», s'est désolé le bibliothécaire.

Les partis d'opposition et les enseignants en colère

À Québec, les partis de l'opposition ont vivement réagi aux propos du ministre Bolduc. Le Parti québécois et la Coalition avenir Québec ont de nouveau réclamé sa démission.

Selon Sylvain Mallette, président de la Fédération autonome de l'enseignement (FAQ), qui représente 32 000 enseignants dans la province, la qualité des bibliothèques scolaires et du réseau des écoles publiques s'est détériorée au fil des ans, tous gouvernements confondus.

«Les ministres se succèdent et imposent des compressions. Cette fois-ci, quand [Yves Bolduc] affirme que les restrictions budgétaires ne toucheront pas les services aux élèves, on a la preuve du contraire», a affirmé M. Mallette.

Le ministère de l'Éducation a récemment élaboré une nouvelle politique. Alors que le budget était auparavant divisé par sections, une seule enveloppe est désormais remise aux commissions scolaires pour l'ensemble des mesures d'appui comme les bibliothèques, l'aide aux devoirs et d'autres services. À elles maintenant de répartir les ressources qui leur sont allouées.

«Les sommes sont diminuées et on dit maintenant aux commissions scolaires: «Allez, battez-vous. Je réduis l'argent disponible, battez-vous pour avoir des services»», a expliqué le président de la FAE, interpellant au passage le premier ministre Philippe Couillard pour qu'il soustraie le réseau de l'éducation aux présentes restrictions budgétaires.

19 Nombre de commissions scolaires analysées par l'étude qui n'ont pas de bibliothécaires à leur disposition. Et sur ces 19, 14 sont en régions éloignées.

40 Pourcentage des bibliothécaires qui consacrent la majorité de leur temps à mettre à jour les collections et faire du rattrapage. «La situation est catastrophique», concluait l'an dernier la Fédération.

Source : Fédération des professionnelles et professionels de l'éducation du Québec

Ils ont dit

> Yves Bolduc

Ministre de l'Éducation, tentant de nuancer ses propos en entrevue à Radio-Canada

«C'est certain qu'on encourage l'achat de livres, sauf que cette année, c'est une année difficile.»

> Véronique Hivon

Députée du Parti québécois dans la circonscription de Joliette

«Un ministre de l'Éducation qui dévalorise les livres et la lecture, ça dépasse l'entendement. [...] Je pense que ça vient une fois de plus démontrer son manque de jugement. N'en jetez plus, M. Bolduc, la coupe est pleine.»

> Jean-François Roberge

Député de la Coalition avenir Québec dans la circonscription de Chambly et ancien enseignant

«C'est extrêmement décevant, comme une espèce de démission. Il renonce à son travail de ministre qui est d'élever le niveau de l'éducation au Québec. Malgré les rattrapages, nos bibliothèques ont encore besoin d'investissements.»

> Hélène Derome

Présidente des éditions La courte échelle

«C'est assez idiot, je dois dire, de la part d'un ministre de l'Éducation. C'est inquiétant de dire cela, c'est un manque de vision. On retourne 10, 15 ans en arrière.»

> Bryan Perro

Auteur, éditeur et libraire

«Les bibliothèques scolaires n'ont pas le matériel nécessaire pour bien faire le boulot qu'elles doivent faire.»

- Hugo Pilon-Larose

19
Nombre de commissions scolaires analysées par l'étude qui n'ont pas de bibliothécaires à leur disposition. Et sur ces 19, 14 sont en régions éloignées.

Source: Fédération des professionnelles et professionnel de l'éducation du Québec

40
%
Pourcentage des bibliothécaires qui consacrent la majorité de leur temps à mettre à jour les collections et faire du rattrapage. «La situation est catastrophique», concluait l'an dernier la Fédération.

Source: Fédération des professionnelles et professionnel de l'éducation du Québec




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer