La commission scolaire English-Montréal n'appliquera pas la Charte

La plus importante commission scolaire de langue anglaise du Québec a annoncé... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

La plus importante commission scolaire de langue anglaise du Québec a annoncé qu'elle n'appliquera «aucun des éléments reliés au projet de [Charte de la laïcité] s'il est adopté par l'Assemblée nationale».

La commission scolaire English-Montréal (CSEM) a rendu public, vendredi après-midi, le mémoire qu'elle a soumis au comité parlementaire qui se penche sur le projet de loi 60. 

«La loi qui est présentée en ce moment n'est pas acceptable. Elle va à l'encontre de la Charte québécoise des droits et libertés. (...) Nous avons une résolution du conseil des commissaires qui dit clairement que nous n'acceptons pas les dispositions du projet de loi 60 et que nous n'appliquerons pas ses dispositions», a affirmé à La Presse la présidente de la CSEM, Angela Mancini.

Le projet de Charte de la laïcité, et particulièrement les dispositions qui interdisent le port de signe religieux ostentatoire pour tous les employés de la fonction publique, donne un aval à l'intimidation, écrit la commission scolaire dans son mémoire. 

«Nous considérons que le projet de loi 60 est une tactique d'intimidation. (...) Les intolérants parmi nous ont maintenant l'appui tacite du gouvernement d'imposer leurs volontés», est-il écrit.

«Si cette loi est adoptée, elle représentera l'intimidation sous la pire de ses formes et nous anticipons plus d'incidents de ce genre. Une atmosphère de peur est en train d'être répandue - peur parmi les personnes qui portent des objets, tels que couvre-chefs, vêtements, bijoux et autres ornements qui, par leur nature ostentatoire, indiquent ouvertement une affiliation religieuse», peut-on également lire dans le mémoire déposé à l'Assemblée nationale. 

La CSEM craint que cette Charte de la laïcité entraîne une hausse des actes d'intimidation dans les cours d'école. 

«Les commissions scolaires sont responsables de la prévention contre l'intimidation dans les écoles, mais aussi d'agir sur tous les actes d'intimidation observés. Avec le projet de loi 60, du moment où quelqu'un porte un voile ou un autre signe religieux, il pourrait être intimidé et certains pourraient leur demander de les enlever. Ça crée des problèmes que nous n'existent pas présentement», a dit Mme Mancini.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer