L'excitation est palpable. Les petits de 1re année attendent avec impatience les élèves de 5e et 6e année. Ils viennent presque tous les jours les aider en lecture. Mais aujourd'hui, ils apportent un cadeau.

Publié le 22 déc. 2012
Pascale Breton LA PRESSE

En équipe de deux ou trois, les grands ont imaginé et écrit un conte de Noël. Coiffés d'une tuque de père Noël, une canne de bonbon à la main, ils viennent lire leur composition aux petits.

C'est un véritable défi pour plusieurs de ces enfants de l'école Pierre-Rémy, à LaSalle, qui n'ont pas le français comme langue maternelle. La majorité des élèves de la classe de 5e-6e de Kathy Lajeunesse sont d'ailleurs passés par les classes d'accueil en français à leur arrivée à l'école.

Les petits groupes sont assis aux quatre coins de la classe. Une grande a pris une élève de 1re année sur ses genoux, un autre a prêté sa précieuse tuque rouge. Devant les petits très attentifs, deux élèves miment leur conte pendant que leur camarade lit l'histoire.

Souper avec le père Noël

Les histoires invitent les élèves à un voyage imaginaire. Des enfants doivent aider le père Noël à réparer son traîneau cassé. Un petit enfant solitaire est invité à visiter la fabrique de jouets. Un autre reçoit même une invitation dans une belle enveloppe dorée pour souper avec le père Noël.

«J'ai aimé écrire une histoire en équipe parce qu'on était trois personnes à avoir des idées. On a réfléchi ensemble. Et j'ai trouvé ça amusant de la lire aux petits», raconte Devany Alvarado. La jeune fille, originaire du Mexique, s'en tire bien en français. Elle a fait un séjour dans une classe d'accueil à son arrivée, il y a trois ans à peine.

Une tuque rouge lumineuse couvrant ses cheveux, Saad Moutham sourit de toutes ses dents. «Je suis pas mal fier. Je pense que les petits ont aimé l'histoire», raconte ce Marocain d'origine. À la maison, la famille parle davantage arabe et il explique qu'il trouve parfois difficile d'écrire en français. «Surtout les accents.»

Les élèves ont travaillé fort pour leur projet d'écriture. En plus d'imaginer l'histoire, ils ont dû l'écrire à l'ordinateur, la corriger au mieux de leurs connaissances et faire la mise en page. Ils devaient aussi utiliser des verbes au passé simple et à l'imparfait.

«Ils ont travaillé au moins cinq ou six heures», souligne fièrement leur enseignante, Kathy Lajeunesse. «L'objectif était principalement de travailler les structures de phrase et d'arriver à faire un texte suivi, ce qui est souvent très difficile pour de jeunes allophones.»

Les plus petits choyés

Quant aux élèves de 1re année, ils se considéraient comme choyés de participer à cette activité hors de l'ordinaire à quelques jours de Noël. À cette étape de l'année scolaire, la majorité d'entre eux est maintenant capable de lire, ce qui rehausse leur intérêt pour les histoires. Les contes de Noël des grands seront reliés sous forme de petit livre que les élèves de 1re année pourront relire à leur gré.

En guise de remerciement, les petits ont chanté une chanson apprise spécialement pour les élèves de 5e et 6e année, en portant sur la tête la couronne de rennes qu'ils venaient de fabriquer avec eux.

«Lorsque le grand garçon essaya d'attraper les pieds de son frère, le gamin fit une petite cabriole et Roger fonça dans le canapé. Roger était désespéré, il croyait ne plus pouvoir aller manger avec le père Noël. »

Un souper de rêve, par Massintha Ait-Ouali, Jessica Li et Vanessa Rivard

«Un petit lutin entendit des gens crier. Le lutin, Ali Baba, alla vers la grotte pour les sauver. Il lança de la poudre magique et après une minute, la neige se dispersa de la grotte. Kim, Nicola et Vincent étaient enfin délivrés de la caverne de neige. »

La grotte de neige, par Prabhjot Kaur, Mohammed Ali Belhadj et Kurt Mathurin

« Ils virent une pancarte sur laquelle était écrite : Bienvenue dans le village : Le Gros Blanc. Devany cria : Nooon ! Pas le pôle Sud. Tous les quatre surpris et nerveux, ils pensaient ne plus trouver le chemin. C'est alors qu'Ismail sortit une petite tablette magique qui leur indiqua le chemin pour retourner au pôle Nord. »

Une visite inattendue chez le père Noël, par Ismail Feham, Devany Alvarado et Terrani Deshong