Source ID:; App Source:
Exclusif

Médecine: des étudiants en détresse

Larmes, somnifères, alcool, perte d'amis: les futurs médecins du Québec sont si... (Photo: Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

Photo: Martin Chamberland, La Presse

Larmes, somnifères, alcool, perte d'amis: les futurs médecins du Québec sont si mal en point que près d'un sur cinq a pensé au suicide, révèle un sondage obtenu par La Presse. Regard sur les dommages collatéraux d'un parcours d'études particulièrement stressant.

> En graphique: Le parcours des aspirants médecins

Ils ont l'habitude d'être les premiers. Les meilleurs. Ceux pour qui tout est facile. Puis, ils s'inscrivent en médecine et tout change.

«On se met tellement de pression, tellement de stress, que, bien souvent, tout ce qui n'est pas lié à la médecine prend le bord.» Comme des centaines de futurs médecins, Maxime, 25 ans, en arrache. Et comme lui, près de la moitié (49%) de ses camarades de classe estiment que leurs études ont un impact négatif sur leur vie, révèle un sondage mené par la Fédération des médecins étudiants du Québec (FMEQ) auprès du tiers des externes de la province. Les résultats donnent froid dans le dos. Les futurs médecins sont au bout du rouleau avant même d'atteindre le marché du travail. À la Fédération, on ne s'attendait pas à un portrait aussi sombre.

Durant l'externat, intense période de stages qui dure deux ans, près d'un étudiant en médecine sur cinq (18%) avoue avoir eu des pensées suicidaires. Environ la même proportion (19%) affirme avoir subi du harcèlement ou de l'intimidation, ou en avoir été témoin. Pour 10% d'entre eux, l'externat pèse si lourd qu'ils ont besoin de somnifères pour réussir à dormir. Une proportion légèrement supérieure (13%) admet avoir augmenté sa consommation d'alcool et 17% des répondants pleurent chaque mois à cause de l'école.

Les apprentis médecins ne se portent guère mieux sur le plan social. Plus de la moitié ont réduit leur cercle d'amis hors médecine, et presque autant ont réduit les activités para-scolaires. De plus, 13% racontent vivre des conflits avec leur entourage à cause du stress. C'est d'ailleurs de ce stress, de cette angoisse, de ce sentiment de perte de contrôle que Maxime se souviendra toujours. «À mon avis, c'est ce qui définit le mieux l'externat», dit-il.

Un flot incessant

«Faire sa médecine, c'est un peu comme apprendre à boire avec un boyau de pompier qui crache à plein débit, illustre Hugues Cormier, psychiatre, professeur et codirecteur du bureau des affaires étudiantes, vie facultaire et équilibre de vie à l'Université de Montréal. Il y a de quoi être stressé.»

Surtout durant l'externat, affirment les étudiants. «C'est la période où la pression monte. Le moment où on fait face pour la première fois à la charge de travail d'un médecin, mais durant laquelle on continue à avoir des examens et des évaluations, explique la déléguée aux affaires pédagogiques de la FMEQ, Valérie Martel. Les gens se mettent une énorme pression de performance. Ils sont stressés et se sentent coupables lorsqu'ils ne sont pas en train d'étudier.»

Certains consacrent plus de 100 heures par semaine à leurs études, et mettent de côté amis, loisirs, sport et parfois même nourriture. «On a des horaires très chargés. Dans certaines spécialités, les externes passent jusqu'à 90 heures à l'hôpital. Sans compter l'étude. Il y en a qui coucheraient à l'hôpital s'ils le pouvaient», raconte Virginie Doré-Gauthier, qui a terminé l'externat l'an dernier et qui achève maintenant sa résidence. Maxime, camarade de classe, se souvient d'avoir fait des semaines d'au moins 90 heures. «Ça m'est souvent arrivé d'être si préoccupé que je n'arrivais pas à dormir», relate le jeune homme.

Pour ajouter au fardeau, la formation demande énormément d'adaptation de la part de ceux qui la suivent. «On change de patron très souvent et il faut toujours changer de personnalité pour arriver à s'entendre avec l'un ou l'autre», dit Maxime. «Et on a beaucoup de stages en région, alors on n'est pas dans nos affaires et c'est plus difficile de conserver un cercle d'amis», ajoute Virginie.

Comme si ce n'était pas assez, plusieurs se disent victimes d'intimidation, verbale et psychologique, de la part de leurs supérieurs et de leurs collègues. Les étudiants sont nombreux à qualifier de véritable «torture» l'attitude de leurs patrons, qui les soumettent à des tests constants. «C'est instructif, mais il y en a qui ne savent pas où s'arrêter», explique Mélissa, 25 ans, qui vient de terminer l'externat. Selon elle, ces 20 mois de stages sont «un mauvais quart d'heure à passer, une période durant laquelle on abandonne tout contrôle sur sa vie et sur son horaire».

Ce sont les incursions en chirurgie générale, en gynécologie et obstétrique et en médecine interne qui sont les plus stressantes, selon le sondage de la FMEQ. «La charge de travail est très élevée. Ça demande beaucoup d'heures et plusieurs quarts de travail sont le soir ou la nuit, explique Valérie Martel. Au contraire, en médecine familiale, par exemple, les horaires sont plus flexibles et conventionnels.»

Changements réclamés

La charge est si lourde pour certains étudiants que la FMEQ réclame maintenant des modifications importantes au programme de médecine. Une charte a été envoyée dans toutes les facultés de médecine de la province. Les étudiants espèrent qu'on s'en inspirera. «Il faut un changement de culture», insiste Mme Martel.

La Fédération souhaite entre autres qu'une journée de stage régulière dure au maximum 10 heures et qu'elle commence au plus tôt à 6 h 30 et se termine au plus tard à 18 h 30. On espère ainsi pallier le manque de sommeil dont plus de la moitié des externes disent souffrir. On demande aussi que les objectifs de chaque stage soient clarifiés, qu'une journée d'étude par mois de stage soit offerte à tous et que les externes n'aient pas de garde les deux jours avant un examen afin de limiter le sentiment de culpabilité de ne pas avoir suffisamment étudié que plusieurs ressentent.

La FMEQ recommande aussi qu'une aide psychologique soit offerte à des heures «pratiques pour les étudiants en stage». Par exemple, en offrant du soutien en soirée quelques jours par semaine ou à l'aide d'une ligne d'urgence téléphonique ouverte jour et nuit.

Selon Hugues Cormier, les facultés sont sur la bonne voie. «Il y a une prise de conscience que la détresse chez nos étudiants est bien réelle. Le programme est constamment révisé pour le rendre réaliste. Il faut arriver à un équilibre pour que la formation soit optimale sans brûler ceux qui la suivent», dit-il.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer