Les parents qui réclamaient que leurs enfants soient exemptés du cours d'éthique et de culture religieuse (ECR) ne baissent pas les bras. Selon eux, deux juges de la Cour suprême du Canada ont ouvert la porte à d'autres parents qui voudraient intenter des recours devant les tribunaux.

Mis à jour le 18 févr. 2012
Émilie Bilodeau LA PRESSE

«Il est loin d'être exclu qu'un autre dossier avec une preuve plus étoffée pourrait amener la Cour à conclure que ce programme-là porte atteinte aux droits fondamentaux», a déclaré Mark Phillips, l'avocat qui a défendu le droit de deux parents de Drummondville.

Les enfants du couple n'avaient pas encore suivi le cours d'ECR lorsque la demande d'exemption a été formulée. Par conséquent, ils ont dû baser leur preuve sur des craintes plutôt que sur de réels préjudices, affirme Me Philips.

Le président de la Coalition pour la liberté en enseignement, Sylvain Lamontagne, veut poursuivre le combat. «On voulait éviter un préjudice grave en accordant une exemption par précaution. C'est un cours qui dure 11 ans. Imaginez les conséquences à long terme. Un enfant qui fumerait, à court terme on ne verrait pas d'effets, mais à long terme oui. Il peut y avoir des effets néfastes», a-t-il dit.

Des parents déçus

S.L. et D.J. (qu'on ne peut pas nommer pour ne pas identifier leurs enfants) se sont dits déçus du manque de souplesse du ministère de l'Éducation et des tribunaux. «Je ne demandais pas l'abolition du cours, mais un simple petit accommodement, soit le droit à l'exemption, comme il était donné automatiquement aux athées ou aux témoins de Jéhovah dans mon temps pour le cours de catéchèse», a dit la mère.

Les deux parents affirment être ouverts aux autres cultures, mais ils croient que le cours d'ECR «banalise et fait disparaître le fait sacré des religions».

Leur garçon le plus âgé n'a plus à suivre le cours d'ECR puisqu'il est maintenant au cégep.

Quant au plus jeune qui est en quatrième année du primaire, il ne pourra pas échapper à la formation obligatoire.

2008

Le programme d'ECR devient obligatoire dans les écoles primaires et secondaires du Québec.

2008

La commission scolaire des Chênes refuse la demande d'exemption de S.L. et D.J.

2009

L'obligation de suivre le cours d'ECR n'est pas contraire à la Charte, tranche la Cour supérieure.

2010

La Cour d'appel du Québec refuse d'entendre la cause.

2012

La Cour suprême confirme la décision de la Cour supérieure.