Même si le dernier train qui a circulé à Lac-Mégantic a tué 50 personnes et détruit le centre-ville, les industriels de la région veulent entendre de nouveau des sifflements sur la voie ferrée. Et plus tôt que tard.

Philippe Teisceira-Lessard et Marie-Michèle Sioui LA PRESSE

La communauté d'affaires plaide pour un retour rapide des convois ferroviaires à Lac-Mégantic, selon un rapide coup de sonde effectué par La Presse.

«C'est tragique, mais notre industrie s'est bâtie autour de la voie ferrée, a expliqué Michèle Tardif, directrice du Centre local de développement de la région du Granit. C'est l'une des fondations de notre économie. [...] Depuis 100 ans qu'on est approvisionnés par le train, le train nous nourrit.»

Mme Tardif a cité en exemple Tafisa, une immense usine de panneaux de bois qui compte sur le train pour expédier 30 à 35 % de sa production - 50 à 60 wagons par semaine.

«On est coupés du monde, a indiqué Denis Brassard, PDG de Tafisa Canada. Une remise en fonction le plus rapidement possible est souhaitable.»

Même son de cloche du côté de Logi-Bel, une firme de logistique du transport. «Il y a beaucoup d'entreprises qui sont dépendantes du train», a fait valoir Béland Audet, président de l'entreprise.

Division possible

La communauté d'affaires est bien consciente que sa prise de position pourrait ne pas plaire à l'ensemble de la population.

Les résidants de Lac-Mégantic qui ne constatent pas l'impact du train dans leur vie au quotidien pourraient s'y opposer, a reconnu Mme Tardif. «C'est une décision déchirante», a-t-elle reconnu.

«C'est sûr que je comprends [cette opposition]. Je suis affecté moi aussi. J'ai perdu des amis, j'ai perdu des proches», a ajouté M. Audet, de Logi-Bel.

Isabelle Hallé, porte-parole de la chambre de commerce locale, refuse de trop s'avancer sur ce sujet controversé.

«On est conscients que le train est un moteur économique important pour la région, mais on ne prendra pas position pour l'instant, a-t-elle indiqué. Je sais qu'il y a une volonté du secteur industriel de voir le train reprendre, et c'est normal. Ça fait partie de leur gagne-pain.»

La mairesse veut un nouveau trajet

Colette Roy-Laroche croit qu'il faut redonner accès au train et admet que la Ville demandera la planification d'un nouveau trajet.

«On voudrait qu'il passe par le parc industriel, et non plus par le centre-ville», a-t-elle déclaré.

Les trains, qui transportent notamment des matières premières transformées par les industries locales, feraient en quelque sorte demi-tour à Lac-Mégantic, avant de retourner vers le Maine.

«Il faudrait à tout le moins trouver une solution pour que nos entreprises du secteur industriel puissent bénéficier d'un moyen de transport, pour qu'elles puissent fonctionner», a affirmé Mme Roy-Laroche.