Source ID:584163; App Source:cedromItem

Procès Magnotta: à la recherche de jurés endurcis

Pas moins de 1600 Montréalais se présenteront à... (Photo La Presse Canadienne/Croquis de Mike McLaughlin)

Agrandir

Pas moins de 1600 Montréalais se présenteront à partir d'aujourd'hui au palais de justice de Montréal; quatorze d'entre eux - bilingues et assez solides pour entendre une preuve macabre - formeront le jury qui décidera du sort de Luka Rocco Magnotta.

Photo La Presse Canadienne/Croquis de Mike McLaughlin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Procès Magnotta

Actualité

Procès Magnotta

Luka Rocco Magnotta, âgé 29 ans, a été l'objet d'une chasse à l'homme sans précédent dans l'histoire du SPVM. Il fait face à cinq chefs d'accusation graves, notamment de meurtre prémédité, relativement à l'assassinat et le démembrement de Jun Lin, un étudiant chinois. »

Ce n'est pas un secret. Les jurés appelés à juger Luka Rocco Magnotta pour le meurtre de Lin Jun, à partir du 22 septembre, devront avoir le coeur bien accroché compte tenu de la preuve qui sera présentée. Et ils devront aussi être bilingues.

Pour trouver les 14 perles rares, le shérif a convoqué 1600 Montréalais, qui doivent se présenter par groupes, à partir d'aujourd'hui, au palais de justice de Montréal.

Pourquoi 14 jurés alors qu'un jury est composé de 12 personnes? Par mesure de prudence. Il arrive que dans des causes longues, complexes ou particulières, les juges décident de prendre 14 jurés pour s'assurer d'en avoir suffisamment à la fin du procès. C'est l'option que le juge Guy Cournoyer a privilégiée. La même chose s'est produite dans le procès Cinar, qui dure depuis quelques mois déjà. À la fin, seulement 12 jurés vont en délibérations, cependant.

Bilinguisme essentiel

Le procès de M. Magnotta se déroulera principalement en anglais, sa langue maternelle. Mais il y aura occasionnellement des témoins francophones qui pourront témoigner dans leur langue. Un interprète sera sur place pour traduire simultanément ces témoignages à l'accusé au moyen d'un système d'écoute. Dans le but de faciliter les choses, le juge a décidé que le jury serait bilingue.

Le bilinguisme des candidats sera donc une condition essentielle qui demandera quelques vérifications. D'autant plus qu'en octobre 2013, le ministère public a reçu une douche froide quand la Cour d'appel a cassé le verdict de culpabilité rendu à l'endroit de sept personnes (Werner Kyling et des coaccusés) parce que le «jury bilingue» qui avait décidé de leur sort ne l'était pas suffisamment. La plus haute cour du Québec avait estimé que les compétences linguistiques des jurés n'avaient pas été adéquatement vérifiées par le juge.

Les accusations

Originaire de l'Ontario, Magnotta, 32 ans, est accusé d'avoir tué avec préméditation Lin Jun, à Montréal, le 25 mai 2012. Il est aussi accusé d'avoir publié du matériel obscène, d'avoir utilisé la poste pour envoyer ce genre de matériel, ainsi que d'avoir harcelé le premier ministre Stephen Harper et les membres de son gouvernement.

Le déroulement des événements

Le corps démembré de Lin Jun a été trouvé le 29 mai 2012 près d'un immeuble de Côte-des-Neiges. Selon l'acte d'accusation, l'étudiant chinois de 33 ans serait mort quatre jours plus tôt, soit le 25 mai.

L'affaire a connu un retentissement planétaire puisqu'après la découverte du cadavre, Magnotta avait été l'objet d'une chasse à l'homme internationale. Il a finalement été arrêté en Allemagne le 4 juin et ramené au Québec.

Son enquête préliminaire s'est tenue au printemps 2013. La Couronne avait fait entendre 32 témoins.

Cet été, une commission rogatoire composée notamment du juge, des avocats et de l'enquêteur est allée passer trois semaines en France et en Allemagne pour interroger des témoins en vue du procès.

Celui-ci doit durer de six à huit semaines et s'annonce hyper médiatisé. Paradoxalement, il se déroulera dans une des salles d'audience remodelées du palais de justice de Montréal qui n'offrent que très peu de place au public - soit 13 places, dont 3 seront réservées à la famille de la victime. Aux dernières nouvelles, les dix places restantes seraient attribuées en parts égales aux journalistes (5 places) et au public (5 places). Le procès sera toutefois retransmis par vidéo dans une «salle de débordement».

Les acteurs du procès

Juge: Guy Cournoyer

Couronne: Me Louis Bouthillier

Défense: Me Luc Leclair (qui pratique habituellement en Ontario)

Enquêteur principal: Michel Bourque (SPVM)




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer