Deux soldats canadiens ont été accusés d'homicide involontaire, mercredi, et font face à une peine de prison à vie pour la mort d'un de leurs collègues en Afghanistan lors d'un exercice sur un champ de tir qui avait mal tourné en février 2010.

Pierre-André Normandin LA PRESSE



Le major Darryl Watts et l'adjudant Paul Ravensdale font face à six chefs d'accusation pour l'incident qui a coûté la vie au caporal Joshua Caleb Baker. Les deux hommes étaient responsables de la sécurité du champ de tir dans lequel l'unité de la victime s'entraînait à l'utilisation des mines Claymore.

L'explosion de l'un de ces engins avait fauché le caporal Baker et blessé quatre autres soldats. Même si le Canada a ratifié la convention sur l'interdiction des mines antipersonnel, les Forces canadiennes utilisent en Afghanistan des mines Claymore. L'armée, qui les décrit comme des «armes de défense à détonation contrôlée», dit respecter la convention puisque ces engins explosent seulement sur commande et non au simple passage d'une personne. Lorsqu'elles sont déclenchées, celles-ci projettent des billes métalliques jusqu'à 100 mètres.

Homicide involontaire ou négligence criminelle

Le major Watts et l'adjudant Ravensdale font face à cinq chefs d'accusation au Code criminel, principalement d'homicide involontaire, et un au code militaire, soit d'avoir été négligents dans l'exercice de leurs tâches militaires. Si l'accusation d'homicide involontaire ne tient pas, les deux hommes seront accusés de négligence criminelle. «On soutient que les consignes de sécurité prescrites n'ont pas été respectées durant l'exercice. L'affaire sera jugée par un tribunal militaire», a indiqué l'armée dans un communiqué envoyé en soirée.

«S'ils sont reconnus coupables d'homicide involontaire ou de négligence criminelle causant la mort, la peine maximale sera l'emprisonnement à perpétuité», a indiqué la capitaine Karina Holde, porte-parole des Forces canadiennes.

Le major Watts est un réserviste du King's Own Calgary Regiment, basé dans la métropole albertaine, tandis que l'adjudant Ravensdale est un militaire de carrière membre du 2e bataillon du Princess Patricia's Canadian Light Infantry, basé à Shilo, au Manitoba. Les deux étaient responsables de la sécurité d'un champ de tir situé à quatre kilomètres au nord-est de Kandahar en février 2010.

La famille du caporal Baker, mort à 24 ans, s'était rendue à Kandahar en septembre 2010 pour participer à une cérémonie à la mémoire du disparu. Joshua Caleb Baker avait été le 140e soldat canadien à mourir en Afghanistan. Dix-sept autres ont perdu la vie depuis.

L'organisme d'enquête de la Police militaire des Forces canadiennes a notamment retenu un chef d'accusation pour homicide involontaire coupable, un de négligence dans l'exécution de tâches militaires et quatre autres chefs d'accusation pour avoir infligé illégalement des lésions corporelles contre le major Watts et l'adjudant Ravensdale. Les consignes de sécurité prescrites n'auraient pas été respectées durant l'exercice de leurs fonctions.

L'affaire sera jugée par un tribunal militaire.

Photo: Archives PC

Le caporal Joshua Caleb Baker.