Jacques Duchesneau a quitté la police de Montréal en 1998 après 30 ans de service. Sa carrière était cependant loin d'être terminée. Après avoir été candidat à la mairie de Montréal, M. Duchesneau a occupé diverses fonctions dans les secteurs public et privé tout en demeurant actif sur la scène publique. Reconnu pour son franc-parler, il n'hésite pas à dénoncer la corruption dans le monde municipal. Voici les faits saillants de sa carrière.

Mis à jour le 24 févr. 2010
Catherine Handfield LA PRESSE

> 1968-1998: Issu d'un milieu modeste, Jacques Duchesneau entre dans la police de Montréal à l'âge de 18 ans. Après avoir occupé les fonctions de patrouilleur, d'agent double, d'enquêteur et de commandant, il est nommé chef du service en 1994. Son mandat de cinq ans est marqué par la mise en place de la police de quartier, axée sur l'approche communautaire.

 

> 1998: Jacques Duchesneau quitte le service de police de la Communauté urbaine de Montréal pour se lancer en politique municipale. Il essuie une humiliante défaite contre Pierre Bourque, qui est pourtant éclaboussé par des scandales.

> 2000-2002: Il devient vice-président de Datacom, société de gestion de parcs de véhicules et de dépistage de véhicules volés. Parallèlement, il est nommé colonel-commandant de la police militaire des Forces canadiennes.

> 2002-2008: Il préside l'Administration canadienne de la sûreté du transport aérien, organisme créé dans la foulée du 11 septembre 2001.

> 2008-2009: Jacques Duchesneau termine une thèse de doctorat sur la prévention du terrorisme et enseigne à l'ENAP et au département de science politique de l'UQAM. En 2009, il dénonce publiquement la corruption qui règne dans le monde municipal, qui est à son avis une réalité bien ancrée au Québec.