Quatre des cégeps les plus militants de la province ont été le théâtre de débats longs et houleux, lundi, lorsque des milliers d'élèves se sont réunis afin de décider de poursuivre ou non la grève. Les résultats, serrés, témoignent d'une véritable déchirure dans le mouvement étudiant. Mais pour la première fois depuis six mois, ceux qui souhaitaient retourner en classe ont parlé plus fort.

Mis à jour le 14 août 2012
Gabrielle Duchaine LA PRESSE

La journée, première d'une rentrée forcée étalée sur une semaine, s'annonçait mouvementée. Si les débordements craints n'ont pas eu lieu, les élèves se sont livrés à une véritable guerre de mots.

Dès les premières minutes, l'assemblée générale des élèves du cégep Marie-Victorin a dérapé. «Moi, je me câlisse de tous les points d'information à l'ordre du jour. Personne ne vit dans une grotte. Tout le monde sait ce qui se passe avec la grève. Tout ce que je veux, c'est retourner à l'école», a lancé un élève. La remarque a donné le ton. Les huées n'ont pas tardé. Les répliques acides non plus. «T'avais juste à être présent lors des dernières assemblées si tu voulais ton mot à dire», lui a répondu une jeune femme. «Je travaille, moi. Je n'ai pas juste ça à faire», a rétorqué l'autre.

Ils étaient environ 1600, entassés dans plus de quatre salles à l'ambiance explosive, tous inquiets à l'idée que l'autre camp se sauve avec la victoire. Dans les minutes précédant la rencontre, certains élèves ont distribué des carrés rouges devant l'établissement, mais assez peu ont trouvé preneur. À l'intérieur, les opposants au mouvement de grève ont tenté de couper court à la discussion afin de passer plus rapidement au vote - sans succès. Il aura finalement fallu cinq heures d'échanges intenses avant que les membres ne soient finalement invités à lever leurs cartons pour se prononcer pour ou contre la poursuite de la grève. Lorsque les partisans du retour en classe ont compris qu'ils avaient gagné, des cris de joie ont éclaté partout dans l'établissement, où les cours avaient été suspendus pour éviter des débordements qui ne sont pas venus. En tout, 971 personnes ont voté pour le retour en classe et 590 contre.

Des militans dévastés

À la sortie, de jeunes militants étaient complètement dévastés, convaincus d'avoir fait la grève pour rien. «Je suis fâché. Beaucoup plus que je ne l'aurais cru», a confié Thomas Gauthier, élève de deuxième trimestre en musique classique. À fleur de peau, le jeune homme ne trouvait pas les mots justes pour décrire ses sentiments. «C'est très émotif comme situation, a-t-il dit. Il fallait tenir notre bout. Ce n'était pas le temps de lâcher.»

Derrière lui, trois élèves en technique d'éducation spécialisée, toutes mères de famille, partageaient leur déception. «J'ai quatre enfants et je suis monoparentale. Je ne vois pas comment je pourrai tous les envoyer à l'université», a dit en soupirant Line Caouette. «Pour nous, c'est une véritable perte de temps de faire la grève, mais on l'a fait pour nos enfants», a expliqué Andrée Beaudet. Son amie Patricia Barsalou a renchéri: «Si mon enfant veut être médecin, je ne veux pas qu'un manque d'argent brise son rêve.»

Même des élèves qui ont voté contre la grève ont dit ressentir un certain malaise. «Je croyais en la lutte, mais l'école est plus importante», a dit Célia Robicheau. D'autres cégépiens ont plutôt poussé un long soupir de soulagement.

Retour en classe

Au même moment, les élèves du cégep André-Laurendeau étaient les premiers à retourner en classe, sans les heurts appréhendés. Ceux du cégep du Vieux Montréal ont débattu pendant cinq heures avant de reconduire la grève, tard lundi soir, par une infime minorité (879 pour, 861 contre). Les élèves des collèges Édouard-Montpetit et de Maisonneuve ont quant à eux opté pour la fin des moyens de pression. L'association étudiante d'Édouard-Montpetit n'a pas révélé les résultats précis, alors que celle du Collège de Maisonneuve avance le chiffre de 62% des votes pour le retour en classe.

Les «pro-grèves» avaient pourtant été particulièrement bruyants dans les heures précédant la rencontre. Dès 8h, ils étaient quelques centaines devant les portes de l'établissement du quartier Rosemont, bannières et casseroles en main - un mélange d'élèves et de citoyens qui souhaitaient manifester leur appui. Ils avaient bon espoir que le mouvement ne s'essoufflerait pas. «La loi 78 n'a pas fonctionné, les élections non plus, dit-il. On a plus à gagner en continuant la lutte», martelait Saul Provençal, inscrit en technique informatique. Selon lui, le rapport de force des étudiants n'a jamais été meilleur qu'en ce moment. Ses camarades n'ont toutefois pas adhéré à cet argument.

Au Collège Édouard-Montpetit, l'assemblée a même refusé le droit de parole à un représentant de la CLASSE, qui souhaitait faire un état des lieux. Dans les autres cégeps, on a accepté d'entendre les représentants de la coalition, mais l'appel à poursuivre la grève malgré la période électorale, lancé dimanche, n'a pas été écouté.

Pour le moment, 8 des 14 cégeps touchés par la grève ont tenu un vote. Outre le cégep du Vieux-Montréal, seul le cégep de Saint-Laurent a choisi de reconduire la grève, à condition qu'au moins 20 000 élèves et étudiants fassent de même au Québec. Certaines facultés universitaires se sont aussi prononcées pour la grève.

***

Qui rentre quand?

Lundi 13 août

Cégep André-Laurendeau

Les élèves ont voté à 80% pour la fin de la grève. Ils sont rentrés en classe dans le calme.

Mardi 14 août

Collège de Valleyfield

Les élèves ont voté à 61% pour la fin de la grève.

Collège de Maisonneuve

Les élèves ont voté à 62% pour la fin de la grève.

Cégep Marie-Victorin

Les élèves ont voté à 61% pour la fin de la grève.

Mercredi 15 août

Collège Édouard-Montpetit

Les élèves ont voté à forte majorité pour la fin de la grève.

Cégep de Saint-Hyacinthe

Les élèves votent aujourd'hui.

Jeudi 16 août

Collège Lionel-Groulx

Les élèves votent aujourd'hui.

Collège Montmorency

Date de l'assemblée générale à déterminer.

Cégep de Saint-Jérôme

Les élèves ont voté à forte majorité pour une trêve électorale.

Vendredi 17 août

Collège Ahuntsic

Les élèves votent jeudi.

Collège de Bois-de-Boulogne

Les élèves votent jeudi.

Collège de Rosemont

Les élèves votent jeudi.

Cégep de Saint-Laurent

Les élèves ont voté à 52% pour la poursuite de la grève.

Cégep du Vieux Montréal

Les élèves ont voté à 50,5% pour la poursuite de la grève.

Lundi 27 août

Université du Québec à Montréal

L'Association facultaire étudiante des sciences humaines a voté pour la grève. D'autres assemblées sont à venir.

Université de Montréal

Deux associations départementales ont voté pour la grève. D'autres assemblées sont à venir.

Université Laval

Assemblées générales à venir.

Université de Sherbrooke

L'Association générale des étudiants en lettres et communication (cycles supérieurs) a voté pour la grève. D'autres assemblées sont à venir.