Source ID:; App Source:

Tatoo-o-thon au parc Émilie-Gamelin

  •  (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Plein écran

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

  • 1 / 4
  •  (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Plein écran

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

  • 2 / 4
  •  (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Plein écran

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

  • 3 / 4
  • Une manifestante se fait tatouer le carré rouge, ce soir, au parc Émilie-Gamelin. (Photo: Paul Chiasson, PC)

    Plein écran

    Une manifestante se fait tatouer le carré rouge, ce soir, au parc Émilie-Gamelin.

    Photo: Paul Chiasson, PC

  • 4 / 4

Dossiers >

Conflit étudiant

Actualité

Conflit étudiant

Le gouvernement de Jean Charest a décidé d'augmenter les droits de scolarité de 1625 dollars en cinq ans, une hausse décriée par des dizaines de milliers d'étudiants. »

(Montréal) La 52e manifestation nocturne sera à marquer d'une pierre blanche; ou plutôt d'un carré rouge: au parc Émilie-Gamelin, des dizaines de manifestants sont venus se faire tatouer le désormais célèbre symbole de la lutte contre la hausse des frais de scolarité.

Poignet, cuisse, cheville, mollet, épaule, ventre, bas du dos, «derrière d'oreille», tout y passe. Les tatouages se font à la chaîne.

L'idée est parti du blogueur Gab Roy, qui porte lui-même un carré rouge tatoué tout près du coeur.

«On tente d'immortaliser le printemps québécois et la résistance», a-t-il souligné, alors que des chaises étaient installées au centre du parc pour les courageux et les badauds venus observer.

Pour un don volontaire suggéré à 10$, un petit carré rouge permanent d'environ 4 centimètres carrés est dessiné à l'endroit choisi par les manifestants.

Le but de M. Roy est d'avoir tatoué plus de 200 personnes d'ici 23h, a-t-il indiqué.

En file d'attente, les participants sont appelés avec un porte-voix. La nervosité se fait sentir chez certains. D'autres, plus habitués, y vont sans hésiter.

«Je suis 100% avec le mouvement», a dit à La Presse Karine Synnott, 29 ans, très calme, avant de passer sur la chaise. «J'ai déjà eu deux tatoos

Près d'une heure s'est écoulée depuis le début de l'événement et les volontaires demeurent très nombreux. Il faut dire que le climat est propice à ce genre de manifestation ce soir, à Montréal, alors que le ciel est entièrement dégagé et que le mercure frôle les 25 degrés, même si le soleil se couche.

Les manifestants qui désirent se faire tatouer doivent désormais s'armer de patience: il y a plus de deux heures d'attente avant de passer à la chaise.

Avant de commencer l'aventure, des bénévoles vérifient l'âge des participants. Il faut être âgé de plus de 18 ans pour être autorisé à se faire tatouer, en plus de signer une décharge légale.

Si le conflit étudiant prendra fin un jour, le tatouage, lui, est permanent. Cela ne semble pas faire peur aux manifestants réunis au parc.

«Je suis ironiquement la personne la plus anti-tatoo au monde!» lance Mathilde, 18 ans, quelque instants avant de se faire tatouer un carré rouge derrière l'oreille. «Mais je n'ai pas honte d'avoir pris part à ce mouvement. Tout cela est symbolique», dit-elle.

À 20h, le grésillement des aiguilles électriques s'est mélangé à un autre bruit, celui des casseroles qui résonnent un peu partout à Montréal. Dans cette ambiance quelque peu fantaisiste, des manifestants font de la pression sur les tatoueurs afin de créer de nouvelles formes avec leurs anciens tatouages. Ils acceptent. 

L'idée du tatoo-o-thon, lancée premièrement sur le blogue de Gab Roy, est par la suite devenue virale sur les réseaux sociaux. Une page Facebook a rapidement été créée, ralliant plus de 300 personnes un peu plus tôt aujourd'hui.

À 20h30, certaines personnes ont invité les manifestants à se déshabiller afin de manifester nue.

«Tout nu avec nous!», ont scandé quelques-uns dans la foule, ce qu'une fille présente au tatoo-o-thon a accepté de faire.

«Pas de photos!», a-t-elle ordonné aux photographes et aux curieux présents, alors qu'elle se baladait près des médias.

Peu après 21h, une marche a finalement quitté le parc Émilie Gamelin, alors que d'autres sont restés afin de recevoir leur tatouage, les files d'attente ne diminuant pas.

La 52e manifestation s'est déroulée sans encombre, et s'est terminée vers 23h15. Le SPVM n'a signalé aucune arrestation.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer