Source ID:; App Source:

Le collège Lionel-Groulx sera fermé demain et jeudi

Dossiers >

Conflit étudiant

Actualité

Conflit étudiant

Le gouvernement de Jean Charest a décidé d'augmenter les droits de scolarité de 1625 dollars en cinq ans, une hausse décriée par des dizaines de milliers d'étudiants. »

L'orage menaçait à l'horizon depuis déjà quelques heures, hier, quand les nuages de gaz irritants ont éclaté au-dessus des quelque 200 manifestants rassemblés devant l'entrée du collège Lionel-Groulx.

> En photos: la SQ intervient à Lionel-Groulx

Depuis le petit matin, ils bloquaient l'accès à l'établissement pour empêcher les 53 cégépiens ayant obtenu une injonction d'y entrer pour suivre leurs cours. La tension, vive, ne laissait présager rien de bon. Afin de se conformer à l'ordonnance du tribunal, la direction du collège a fait appel à la police pour dégager l'entrée de l'établissement. L'intervention de la Sûreté du Québec a donné lieu à une bousculade devenue monnaie courante depuis le début du conflit étudiant. Coups de matraque, cris, pleurs, quintes de toux et arrestations: quatre élèves et un enseignant.

Plusieurs directions d'établissements d'enseignement suivaient la situation attentivement. Pas moins de 38 injonctions du même genre ont été rendues au cours des derniers jours et leur exécution représente un casse-tête pour elles. «Il est clair que plus ça va, plus il y a des injonctions. Ce sont les directeurs généraux qui portent le poids de cela», a indiqué Caroline Tessier, porte-parole de la Fédération des cégeps. Les directeurs généraux se sentent coincés. Ils ont l'obligation de tout faire pour que les cours soient donnés. «On est très loin du rôle d'éducateurs», a affirmé Mme Tessier qui a ajouté que la Fédération des cégeps a sensibilisé à plusieurs reprises le cabinet de la ministre de l'Éducation à cette problématique.

La directrice générale du collège Lionel-Groulx, Monique Laurin, va même plus loin. Celle qui était la candidate du Parti libéral dans la circonscription de Groulx lors des dernières élections générales, en décembre 2008, n'est d'ailleurs pas tendre envers sa famille politique. «Je veux dire au gouvernement qu'il va falloir que vous fassiez quelque chose. Vous nous faites porter l'odieux de cette situation et on va le porter longtemps dans le climat de travail», a-t-elle déclaré, dépassée par les événements.

Comme un écho aux propos de leur patronne, les enseignants du collège se sont dits consternés par ce qu'ils ont vu dans la matinée. Au terme d'une longue rencontre, de laquelle certains sont sortis en pleurs, les 31 enseignants dont les cours étaient visés par les injonctions ont estimé que les conditions adéquates n'étaient pas réunies pour leur permettre de faire leur travail. «Plusieurs enseignants sont très perturbés, a expliqué François Vervaet, président du syndicat des enseignants, les yeux rougis par les larmes. Quand on a vu nos étudiants se faire battre, gazer, arrêter, ç'a été très troublant pour nous. Et en plus de ça, on est devant une situation où on n'a pas de calendrier scolaire, on ne sait pas jusqu'à quand on va enseigner, ce qu'on doit enseigner.» Le corps enseignant anticipe aussi avec inquiétude la cohabitation des verts et des rouges, quand le conflit sera fini, et le casse-tête que représentera le rattrapage des uns et des autres.

Les cours ont donc été levés pour la journée, mais aussi pour aujourd'hui et demain. Les 53 élèves qui étaient entrés pour reprendre leur formation, leur injonction en poche, sont donc repartis bredouilles. La direction du collège fréquenté d'ordinaire par 5400 cégépiens espère pouvoir être en mesure de donner les cours vendredi, alors qu'elle devra se plier à une nouvelle injonction concernant 241 autres étudiants.

Avec Pascale Breton




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer