Les étudiants ont multiplié les coups d'éclat depuis le début de leur grève pour s'opposer à la hausse des droits de scolarité imposée par le gouvernement Charest.

Anabelle Nicoud LA PRESSE

JEUDI 23 FÉVRIER

BLOCAGE DU PONT JACQUES-CARTIER

À l'issue d'une manifestation réunissant plusieurs milliers d'étudiants, un petit groupe bloque la circulation sur le pont Jacques-Cartier à l'heure de pointe de l'après-midi.

MERCREDI 7 MARS

BLOCAGE DE L'ÉDIFICE LOTO-QUÉBEC

De 500 à 600 grévistes bloquent l'entrée de l'immeuble Loto-Québec, rue Sherbrooke Ouest, au centre-ville de Montréal. Quatre manifestants et un policier sont transportés à l'hôpital.

MARDI 20 MARS

BLOCAGE DES PONTS CHAMPLAIN ET JACQUES-CARTIER AUX HEURES DE POINTE

Un groupe de 150 manifestants bloque le pont Champlain pendant une heure, en pleine heure de pointe. De l'autre côté de la ville, un peu plus tôt, la circulation sur le pont Jacques-Cartier est mise à mal par 10 étudiants de l'INRS. Les deux opérations ne sont pas coordonnées.

JEUDI 22 MARS

MANIFESTATION HISTORIQUE À MONTRÉAL

Près de 110 000 personnes défilent dans les rues de Montréal contre la hausse des droits de scolarité.

En matinée, la CLASSE a organisé une action de «perturbation économique», fermant l'accès du Port de Montréal pendant une demi-heure.

MARDI 10 AVRIL

DEUX ENTRÉES DU PORT DE MONTRÉAL BLOQUÉES

Près de 200 étudiants bloquent l'entrée du port de Montréal dans le cadre d'une autre action de «perturbation économique».

VENDREDI 13 AVRIL

SACCAGE AU BUREAU DE LA MINISTRE BEAUCHAMP

Une cinquantaine de militants entrent de force dans le bureau de la ministre de l'Éducation. Équipés de pieds-de-biche, ils renversent le mobilier et font éclater les vitres. Les casseurs ont le visage masqué par un foulard. Sept personnes sont arrêtées, dont un journaliste et un photographe de La Presse.

MARDI 24 AVRIL

PREMIÈRE MANIFESTATION NOCTURNE

Plusieurs centaines de manifestants se réunissent au parc Émilie-Gamelin pour une manifestation nocturne, une action qui se répète chaque soir depuis.

JEUDI 3 MAI

NUS DANS LES RUES

Pendant une heure, plusieurs milliers d'étudiants protestent, quasi nus ou en petite tenue, contre la hausse des droits de scolarité.

JEUDI 10 MAI

TROIS BOMBES FUMIGÈNES PARALYSENT LE MÉTRO

Pendant près de trois heures, les lignes verte, orange et bleue sont hors service.

Quatre suspects sont identifiés par le SPVM.