Source ID:; App Source:

Visite-surprise chez Jean Charest

  •  (Photo : Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

    Plein écran

    Photo : Edouard Plante-Fréchette, La Presse

  • 1 / 11
  •  (Photo : Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

    Plein écran

    Photo : Edouard Plante-Fréchette, La Presse

  • 2 / 11
  •  (Photo : Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

    Plein écran

    Photo : Edouard Plante-Fréchette, La Presse

  • 3 / 11
  •  (Photo : Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

    Plein écran

    Photo : Edouard Plante-Fréchette, La Presse

  • 4 / 11
  •  (Photo : Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

    Plein écran

    Photo : Edouard Plante-Fréchette, La Presse

  • 5 / 11
  •  (Photo : Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

    Plein écran

    Photo : Edouard Plante-Fréchette, La Presse

  • 6 / 11
  •  (Photo : Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

    Plein écran

    Photo : Edouard Plante-Fréchette, La Presse

  • 7 / 11
  •  (Photo : Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

    Plein écran

    Photo : Edouard Plante-Fréchette, La Presse

  • 8 / 11
  •  (Photo : Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

    Plein écran

    Photo : Edouard Plante-Fréchette, La Presse

  • 9 / 11
  •  (Photo : Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

    Plein écran

    Photo : Edouard Plante-Fréchette, La Presse

  • 10 / 11
  •  (Photo : Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

    Plein écran

    Photo : Edouard Plante-Fréchette, La Presse

  • 11 / 11

Dossiers >

Conflit étudiant

Actualité

Conflit étudiant

Le gouvernement de Jean Charest a décidé d'augmenter les droits de scolarité de 1625 dollars en cinq ans, une hausse décriée par des dizaines de milliers d'étudiants. »

Sur le même thème

Jean Charest a eu une visite-surprise, mercredi soir. Les manifestants qui participaient à un neuvième rassemblement nocturne de suite ont marché jusqu'à sa résidence située à Westmount.

Même si le premier ministre était absent et que de nombreux policiers protégeaient la demeure, les manifestants ont tout de même fait entendre leur mécontentement.

Carte de la manifestation nocturne

Géolocalisation: InstaMapper.com




Comme tous les soirs depuis neuf jours, des milliers de personnes se sont rassemblées à la place Émilie-Gamelin et ont marché dans les rues du centre-ville.

Or, mercredi, les marcheurs se sont rendus beaucoup plus à l'ouest que lors de leurs derniers rassemblements. À l'approche de la ville de Westmount, les manifestants se sont mis à scander: «On va chez Charest».

Une fois dans la rue Victoria, celle de la maison du premier ministre, la fébrilité s'est emparée du convoi. Les résidants étaient également nombreux à courir à leurs fenêtres pour observer la foule bruyante défiler dans la rue.

«Je n'ai jamais vu quelque chose comme ça dans ma rue. Je n'ai pas peur, mais je crois qu'ils perdent leur temps», a dit Sonia, une résidante du quartier. Une voisine, qui promenait son chien, approuvait la démarche des étudiants.

«Ça a vraiment de l'impact. Ça ne dérange pas le quartier. Il n'y a pas de violence», a déclaré Paule Bourcier, élève au collège Jean-de-Brebeuf et résidante du quartier.

Devant la maison de Jean Charest, les manifestants ont répété leur slogan préféré: «Charest dehors, on va te trouver un job dans le Nord». Les milliers de personnes se sont par la suite assises dans la rue et ont crié: «Charest démissionne!»

David Gilbert, qui a cessé d'étudier il y a deux ans notamment en raison des droits de scolarité, se réjouissait que les manifestants adoptent un nouvel itinéraire. «On est tanné de manifester au centre-ville. On veut se rapprocher de lui [Jean Charest] un peu», a-t-il dit.

L'idée de rendre visite au premier ministre n'était pas prévue. Elle s'est improvisée au début de la marche, a expliqué Nicolas Moussant, étudiant à l'UQAM. «On veut se rapprocher de chez lui pour qu'il nous entende un peu mieux», a-t-il ajouté.

À 23 heures, les manifestants se sont relevés et ont repris leur marche. Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ne signalait aucun méfait.

Fil des événements

0 h 22 : C'est terminé, place Émilie-Gamelin. «À demain!», crient quelques-uns.

0 h 16 : Le groupe de quelques centaines de manifestants se dirige vers son point de départ, la place Émilie-Gamelin.

0 h 06 : «Chaaarrreeesttt...eheheh... Good bye» chante le groupe à l'approche de la Place des Arts.

0 h 01 : La manif passe devant le metro McGill en criant «Dans la rue avec nous» aux passants. Peu se laissent tenter par le métro.

23 h 52 : Plus que quelques centaines de manifestants à l'angle de Ste-Cath et de la Montagne.

23 h 48 : Les policiers qui suivaient la manif à pied quittent les lieux.

23 h 43 : La manif circule toujours sur Ste-Catherine sous une pluie forte. Certains optent pour le métro.

23 h 30 : Le calme dans la manif. Toujours quelques milliers de protestataires.

23 h 23 : Pluie sur les manifestants qui quittent lentement Westmount.

23 h 22 : Une manifestation pacifique. Le SPVM ne signale aucun méfait.

23 h 18 : La manif est toujours dans un quartier uniquement résidentiel. Des gens regardent par les fenêtres. D'autres encouragent.

23 h 05 : La manif est à nouveau en marche. Pas de casse ou de violence chez Jean Charest.

23 h : La manif se remet lentement en marche. Quelques centaines sont toujours devant chez Jean Charest. «Ouh ouh», chantent-ils.

22 h 55 : Quelques centaines de manifestants se remettent en marche. La majorité est toujours devant chez le PM.

22 h 46 : Plusieurs milliers de manifestants sont maintenant assis dans la rue. Pacifiques. Ils chantent Olé Olé Olé.

22 h 38 : «Charest! Charest! Démissionne!» scande la manif toujours devant la maison du PM dans Westmount.

22 h 37 : Ils sont plusieurs milliers. Calmes. Un cordon de police protège la maison de Jean Charest.

22 h 36 : «Charest! Dehors! On va te trouver une job dans le nord», scande la foule devant la maison du PM.

22 h 31 : Des policiers bloquent la maison. Dea gens courent vers eux.

22 h 31 : Nous voici sur la rue Victoria. Celle du premier ministre Jean Charest. La manif ralentit.

22 h 30 : «Charest! On s'en vient», lance un marcheur alors que des policiers à moto arrivent.

22 h 28 : Scène étrange que ces milliers de manifestants qui défilent entre les maisons cossues dans le noir.

22 h 25 : «Wake up Westmount!», crient des manifestants.

22 h 23 : Des manifestants en tête de la manif disent vouloir rendre visite au premier ministre.

22 h 11 : «On va chez Jean Charest», hurlent des manifestants.

22 h 07 : Des citoyens surpris regardent par les fenêtres de leur maison.

22 h 06 : La manif monte sur Clark dans les cris.

22 h 03 : L'hélico de la SQ est de retour dans le ciel montréalais après une petite pause hier.

21 h 58 : La manif se dirige vers Westmount. Les manifestants sont particulièrement calmes ce soir.

21 h 54 : Étudiants et chauffeurs de taxi s'encouragent mutuellement alors que la manif passe devant une station de taxis.

21 h 51 : Petite pause avant de tourner sur Atwater. Plusieurs centaines sont à la traine.

21 h 50 : La manif étudiante passe devant l'ancien repaire des Canadiens.

21 h 47 : Le slogan «où sont les chevaux?» arrache un sourire à plusieurs policiers qui marchent le long de la manif.

21 h 40 : Deux manifestants qui en sont à leur 9e marche nocturne commencent à ressentir de la fatigue. «Mais il ne faut pas lâcher».

21 h 36 : Derrière le SPVM qui ferme la marche, il y a aussi la STM pour faire dévier les trajectoires d'autobus.

21 h 34 : Toujours sur Ste-Catherine Ouest.

21 h 28 : 9e soir de suite. Encore plus de 1000 personnes dans la rue.

21 h 27 : Vestiges de la manif anticapitaliste d'hier dans la rue. Taches de peinture et vitre brisée.

21 h 27 : Ste-Catherine à contre-sens.

21 h 24 : Maintenant près du magasin La Baie. «Dans la rue avec nous» scande la foule en tournant sur Ste-Catherine.

21 h 21 : Les manifestants sont calmes et festifs ce soir. Ils approchent la rue University sur René-Lévesque.

21 h 21 : Slogan: «l'argent y'en a dans les poches du patronat».

21 h 19 : À chaque manif, des gens se prennent en photo à côté des policiers casqués sur le trottoir.

21 h 16 : L'homme de 72 ans en chaise roulante électrique participe une fois de plus à une manif.

21 h 15 : La fenêtre d'Hydro-Québec brisée hier n'a pas été réparée. Nous sommes devant.

21 h 12 : Tiens, un jeu de «linebo» dans la manif.

21 h 09 : Nouveau slogan : «Charest ouvre tes chacras».

21 h 03 : Et c'est parti pour la manif numéro 9.

21 h : Des manifestantes se sont déguisées en policières de l'anti-émeute.

20 h 57 : Policiers et manifestants sont en place. Vision familière à l'angle Berri et Ste-Catherine.

20 h 55 : Le porte-parole de la SPVM fait les avertissements d'usage comme au début de chaque manif.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer