Source ID:; App Source:

Des dons au PLQ pour sauver une subvention, dit Sauvé

Paul Sauvé... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Paul Sauvé

Photothèque Le Soleil

L'entrepreneur Paul Sauvé a affirmé devant la commission Charbonneau qu'une série de dons au Parti libéral du Québec (PLQ), dont certains de prête-noms, lui ont permis d'éviter de perdre une importance subvention, en 2003.

La juge France Charbonneau a accepté hier soir de lever une partie de l'ordonnance de non-publication imposée sur le témoignage de Paul Sauvé. Du coup, les projecteurs se sont braqués vers le financement du PLQ et Jean-Marc Fournier, qui aurait bénéficié de dons illégaux, selon l'entrepreneur. «Il y a une institutionnalisation du financement au Parti libéral, il y a une organisation qui est beaucoup plus forte, il y a beaucoup plus d'activités», a-t-il affirmé dans la portion de son témoignage maintenant publique.

En 2003, Paul Sauvé pilote le projet de réhabilitation de l'église Saint-James, qui était enclavée par des bâtiments commerciaux sur la rue Sainte-Catherine, au centre-ville de Montréal. Quelques jours avant l'élection du 14 avril 2003, le gouvernement du Parti québécois confirme son intention d'accorder une subvention de près de 2 millions au projet.

Jean-Marc Fournier, leader de l'opposition en Chambre.... (Photo Ivanoh Demers, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Jean-Marc Fournier, leader de l'opposition en Chambre.

Photo Ivanoh Demers, La Presse

Mais voilà, l'élection des libéraux de Jean Charest vient brouiller les cartes, dit Paul Sauvé, qui entend de plusieurs sources que sa subvention risque d'être annulée. Il consulte alors son avocat, Me Marc-André Blanchard, qui est également à l'époque président du PLQ. Celui-ci lui suggère de retenir les services de la firme de communication BCP. 

Paul Sauvé affirme que son contact au sein de la firme, Jean-Louis Dufresne, lui a conseillé d'être plus actif dans les cocktails de financement libéraux. Surtout que l'entrepreneur est perçu comme étant un proche du Parti québécois, notamment en raison de son amitié avec André Boisclair.

«À partir du moment où il y avait un cocktail stratégique, où BCP jugeait qu'on devait être, on se faisait souffler à l'oreille d'y être et puis on y allait», a expliqué Paul Sauvé. La firme est toutefois allée plus loin en novembre 2003 quand elle organise un cocktail au Newtown, restaurant de la rue Crescent, dit Sauvé. Il affirme s'être fait demander «de prêter  main-forte à lever des fonds pour un cocktail de financement de Jean-Marc Fournier», alors ministre des Affaires municipales. C'est d'ailleurs ce ministère qui a appelé à fournir le gros de la subvention attendue pour que le projet de l'église St-James aille de l'avant.

«C'est moi qui ai fait la job de bras d'appeler et de s'assurer qu'il y ait des corps chauds qui signent des chèques pour bien accueillir le ministre», a-t-il témoigné. Paul Sauvé dit avoir invité une quinzaine de personnes, principalement des fournisseurs de son entreprise. Il a toutefois aussi demandé à quelques employés de son entreprise d'y prendre part et de faire des chèques de 500$ à 1000$. «Les quelques personnes de notre bureau qui sont venues ont été remboursées pour y être allées, parce que ce n'étaient pas des croyants en la cause.»

Bref, a-t-il reconnu, ceux-ci ont servi de prête-noms, une pratique illégale.

Soirée payante pour Sauvé

Cette participation a été payante, estime Paul Sauvé. Pendant la soirée, Jean-Marc Fournier lui laisse entendre que l'argent n'est pas disponible, mais BCP organise une rencontre moins de trois semaines plus tard lors de laquelle l'ex-ministre, «tout à coup, avait des crédits additionnels».

Paul Sauvé dit ne pas avoir payé pour l'organisation de la soirée, mais que BCP a probablement utilisé une partie des 125 000$ qu'il leur a versé de 2003 à 2005.

Reste que malgré sa participation au financement du PLQ, Paul Sauvé a indiqué que le gouvernement a refusé en 2006 de couvrir les importants dépassements de coûts au projet, celui-ci ayant été vendu comme un partenariat public-privé (PPP)

Autres activités

Outre le cocktail pour Jean-Marc Fournier, Paul Sauvé dit avoir participé à un déjeuner pour l'ex-ministre Line Beauchamp, au TNM. L'entrepreneur dit aussi avoir participé à un événement pour le ministre des Transports de l'époque, où il a remis un chèque. Il a aussi participé à un cocktail pour un autre ancien ministre, Claude Béchard, aujourd'hui décédé. 

Vérifications faites, les données du Directeur général des élections du Québec rapportent 8 dons au nom de Paul Sauvé de 2003 à 2005, pour un total de tout près de 5000$. Un autre don de 1000$ a été fait en 2008.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer