À l’aube du week-end du Grand Prix de Formule 1 du Canada, où plus de 100 000 personnes par jour sont attendues de vendredi à dimanche, l’administration Plante réitère son appel à l’utilisation du transport collectif. Partout sur l’île, les entraves routières seront néanmoins limitées au maximum.

C’est ce qu’a annoncé mardi le porte-parole administratif de la Ville de Montréal, Philippe Sabourin, et le porte-parole du ministère des Transports et de la Mobilité durable (MTMD), Martin Girard, qui ont tenu un point de presse sur la rue Crescent, l’épicentre des activités entourant le Grand Prix dans la métropole.

« On s’attend à avoir beaucoup de monde au centre-ville en fin de semaine, dans un secteur avec une forte concentration de chantiers, donc on demande vraiment aux gens d’opter pour le transport actif ou collectif », a indiqué d’emblée M. Sabourin.

Il a prévenu qu’aucun espace de stationnement ne sera disponible sur les îles Sainte-Hélène et Notre-Dame, à l’exception des clients du casino et des détenteurs de passe VIP. « Oubliez ça. Vous ne trouverez pas de stationnement », a insisté M. Sabourin, en précisant que les automobilistes ne détenant pas de tels billets pourraient être refoulés à l’entrée des îles.

La Société de transport de Montréal (STM) bonifiera son service sur la ligne jaune. Un « achalandage accru » est attendu aux stations Berri-UQAM, Jean-Drapeau et Longueuil-Université-de-Sherbrooke, prévient le transporteur, qui n’autorise pas les vélos ou les chiens à bord durant la fin de semaine.

Sur le réseau routier, un haut débit est attendu sur le pont Jacques-Cartier, où le trottoir demeurera fermé entre l’île Sainte-Hélène et Montréal pour des travaux. Une forte présence policière sera sur place.

Le moins de travaux possible

Au cœur de la ville, la rue Crescent sera fermée aux voitures et piétonnisée dès 16 h, ce mardi, et ce jusqu’à la fin du Grand Prix. Durant le week-end, il en sera de même pour le boulevard Saint-Laurent, dans la Petite Italie, entre les rues Beaubien et Jean-Talon. La rue Peel ne sera toutefois pas piétonnisée cette année.

Montréal limitera les travaux sur la voie publique, en n’octroyant aucun nouveau permis de chantier pendant la fin de semaine. Les travaux déjà en cours, comme sur le pont de la Concorde, la rue McGill ou encore l’autoroute Bonaventure, se poursuivront.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Philippe Sabourin et Martin Girard

Québec, de son côté, assure qu’aucune entrave majeure ne sera en place, à l’exception des grands chantiers comme celui du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine. La plupart des grands axes comme l’autoroute Métropolitaine, ainsi que les autoroutes 10, 20 et 30 ou le corridor de la 15 entre Mirabel et Montréal, seront libérés. Les travaux entourant la réfection du pont d’étagement Saint-Laurent, eux, se poursuivront.

« On sait que les gens ne viennent pas que de l’île et même pas seulement du Québec, donc on s’assure que tous les axes principaux autour de l’île soient disponibles », a assuré Martin Girard.

L’Escouade mobilité de la Ville surveillera de son côté les « chantiers fantômes », soit les travaux en place qui ne sont pas en activité, afin de les démobiliser au besoin. « Ce n’est pas acceptable », a dit M. Sabourin, en notant que Montréal démonte maintenant systématiquement un chantier au bout de cinq jours d’inactivité.

Vendredi dernier, l’un de ces « chantiers fantômes » avait été désinstallé au coin de la rue Saint-Antoine et de la place Jean-Paul-Riopelle, après un signalement effectué par le président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM), Michel Leblanc.

Les taxis illégaux sous surveillance

La Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) a annoncé mardi que ses contrôleurs routiers mèneront « une opération visant le transport rémunéré de personnes » du 6 au 9 juin, dans la région de Montréal et ses environs. Tout chauffeur de taxi illégal sera passible d’une amende pouvant aller de 250 $ à 5000 $. Les récalcitrants risquent la saisie immédiate de leur véhicule, a rappelé la SAAQ. Depuis un moment, le phénomène des taxis non homologués s’accentue dans la métropole, en particulier dans le secteur de l’aéroport Montréal-Trudeau.

En savoir plus
  • 80 millions
    C’est l’équivalent des retombées économiques du week-end du Grand Prix de Formule 1 à Montréal, qui génère environ 900 emplois au passage.
    Source : Ville de Montréal