L’ouragan Béryl a grandement perdu en puissance. Ses « restes » arriveront dans le sud du Québec mercredi après-midi, avant de poursuivre leur chemin vers les Maritimes, mais seules de fortes précipitations sont attendues.

« On peut déjà dire que ce n’est plus un ouragan, c’est certain. Ce n’est même plus une tempête tropicale », précise d’emblée Simon Legault, météorologue à Environnement Canada.

L’ouragan, qui a touché terre au Texas, a fortement perdu en puissance en parcourant les quelque 3000 kilomètres qui le séparent du Québec. « Il a perdu en vigueur, l’intensité des vents a diminué. On aura un peu de vent éventuellement, mais rien qui va causer des dommages chez nous », soutient Simon Legault.

Ces « restes » de l’ouragan devraient prendre la forme de fortes précipitations, « une dépression tout à fait normale et typique de nos latitudes », précise le météorologue. Ces précipitations frapperont la région de Toronto dans la nuit de mardi à mercredi ou mercredi matin, avant de poursuivre leur chemin vers le sud du Québec, puis vers les Maritimes.

De fortes précipitations attendues

Dans la région du Grand Toronto, de 40 à 60 mm de pluie sont attendus – même plus par endroits. Des averses torrentielles générant de 20 à 40 mm de pluie à l’heure par moments pourraient survenir, peut-on lire dans une alerte diffusée par Environnement Canada.

Dans le sud du Québec, ces précipitations devraient connaître leur maximum d’intensité dans la nuit de mercredi à jeudi et être accompagnées de quelques orages, puis s’étirer dans la journée de jeudi. Les pluies seront surtout intenses dans les régions situées au sud du fleuve Saint-Laurent, près de la frontière américaine.

En Estrie et dans le sud de la Montérégie, on attend entre 50 et 70 millimètres de pluie, ainsi que des vents modérés. Près de Montréal, dans le Centre-du-Québec et en Beauce, on prévoit de 30 à 50 mm de pluie environ.

« C’est quand même substantiel, mais ces quantités-là ne devraient pas causer beaucoup de dommages. Les niveaux des rivières ne sont pas inquiétants ; il ne devrait pas y avoir beaucoup de conséquences, outre des refoulements d’égouts en ville, par exemple, ajoute Simon Legault. Donc rien à voir avec ce qu’on a vu plus au sud. C’est sûr que ce ne sera pas du tout ce scénario-là chez nous. »

Première tempête à se transformer en ouragan de catégorie 5 dans l’Atlantique, Béryl a causé au moins dix morts lors de son passage au-dessus des Caraïbes et du Venezuela, ainsi que huit morts dans le sud des États-Unis. La tempête tropicale a frappé le Texas lundi, coupant l’électricité à près de 3 millions de foyers et d’entreprises et déclenchant de fortes pluies qui ont mené à des dizaines de sauvetages.

Avec des informations de l’Agence France-Presse et de l’Associated Press