Les routes de Chertsey ont été lourdement endommagées par les inondations de la fin de semaine, si bien que les travaux de réparation pourraient s’échelonner jusqu’en décembre, prévient la mairesse du village Lanaudois.

« Les routes Rochon, Michel et Lac-Paré vont nécessiter des travaux importants », dit Michelle Joly, mairesse de Chertsey. « On parle de plus d’un million de dollars [de coûts de réparation] », a-t-elle ajouté.

La ville, qui comporte 56 barrages et 110 lacs, a reçu 120 mm de pluie durant 36 heures, pendant la fin de semaine de la fête nationale. Une centaine de citoyens se sont retrouvés enclavés en raison des dégâts faits à la route, qui était impraticable. Une trentaine de chemins ont été endommagés par la pluie.

La situation s’est cependant améliorée mardi. « Il n’y a personne d’enclavé ce matin », a fait savoir la mairesse. « Il n’y a pas eu de perte de vie, il n’y a pas eu de blessés, c’est le plus important pour nous », souligne Mme Joly.

La majorité du réseau routier du village était utilisable mardi matin, même si certaines artères de circulation demeurent partiellement fermées à cause des dommages faits par la pluie. C’est le cas du pont de Nice, où une voie sur deux sera fermée et où les camions lourds seront interdits jusqu’à nouvel ordre. D’autres routes sont également rouvertes en circulation alternée.

« On est en soutien à la municipalité », affirme Joshua-Ménard Suarez, porte-parole du ministère de la Sécurité publique. Il explique que la majorité des décisions sont prises par la Ville et que le Ministère joue plutôt un rôle d’accompagnement.

Il donne en exemple les ingénieurs du gouvernement qui viennent partager leur expertise sur les dommages aux infrastructures. « On s’assure aussi que tous [les ministères] soient concertés », ajoute-t-il.

Parc inondé

La mairesse s’est réjouie de la sécurité dans le village. Un sauvetage a quand même dû être organisé lundi après-midi pour secourir une dizaine de campeurs dans la forêt Ouareau, près de Chertsey. « Les citoyens étaient dans l’eau à l’arrivée des pompiers », indique la mairesse.

« On est en gestion de crise », dit pour sa part Julien Beaumier-Houde, coordinateur au parc régional de la Forêt Ouareau. Les ponts et les sentiers du site ont « considérablement » été endommagés, dit-il. Il déplore que les parcs n’aient pas accès à du financement pour réparer leurs infrastructures, contrairement aux municipalités.

La municipalité demandait lundi aux Chertsois de limiter leurs déplacements dans la ville pour des raisons de sécurité. La consigne a été levée pour la journée de mardi. « C’est revenu un peu plus à la normale », fait valoir Michelle Joly.