Les employés de la fonction publique représentés par le Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) ont approuvé l’entente de principe avec Québec à 95 %, a annoncé le syndicat vendredi matin.

Selon le SPGQ, 83 % de ses 26 000 membres ont participé au vote.

L’entente comprend une augmentation salariale de 17,4 % sur cinq ans, une clause d’ajustement selon l’indice des prix à la consommation (IPC) et l’ajout de jours de vacances pour les personnes ayant au moins 15 ans d’ancienneté.

Le document fait aussi passer l’âge maximal de participation au régime de retraite de 69 à 71 ans, et inclut l’obligation de consulter le syndicat avant tout changement à la politique de télétravail.

« Nous avons obtenu des gains importants, notamment une augmentation de la cotisation de l’employeur aux assurances collectives supérieure à ce qui a été obtenu par le Front commun », a affirmé le président du SPGQ, Guillaume Bouvrette, par voie de communiqué.

« Une négociation est un exercice de compromis alors des enjeux demeurent comme le fait que la politique de télétravail demeure non conventionnée et l’absence de congés destinés aux personnes victimes de violence conjugale. Nous ne baissons pas les bras et nous poursuivrons nos efforts en vue de la prochaine négociation », a-t-il ajouté.

L’entente de principe est intervenue le 31 mai dernier, et a ensuite été présentée aux membres du SPGQ.

La précédente convention collective du syndicat était échue depuis le 31 mars 2023. Le nouveau contrat de travail est d’une durée de cinq ans, et sera donc en vigueur jusqu’au 31 mars 2028.