(Regina) Une statue représentant des Canadiens qui ont combattu l’Allemagne nazie il y a 80 ans aura une demeure permanente près des plages qu’ils ont prises d’assaut le jour J.

La statue du Royal Regina Rifles doit être dévoilée mercredi à la plage Juno, en France, un jour avant l’anniversaire de l’invasion qui a marqué le début de la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Les noms des 458 soldats de l’unité morts au cours de ce conflit sont gravés sur le socle de la statue.

Les membres du Regina Rifles ont été parmi les premiers Canadiens à prendre d’assaut la plage Juno le 6 juin 1944, également connu sous le nom de jour J. Les soldats ont combattu aux côtés des troupes américaines et britanniques pour déloger les nazis du nord de la France, marquant un tournant décisif dans le conflit.

L’artiste albertain Don Begg a sculpté la statue en bronze de deux mètres d’un soldat en mouvement, l’arme levée. Il avait comme but de représenter l’homme ordinaire de la Saskatchewan, a expliqué Kelsey Lonie, historienne militaire et porte-parole du projet.

Elle a indiqué que le visage de la statue représente un soldat angoissé par la bataille, mais déterminé à libérer la France.

« Nous ne voulions pas qu’elle ressemble à quelqu’un en particulier », a affirmé Mme Lonie, à propos de la statue.

« Des hommes de toute la Saskatchewan – des dentistes, des agriculteurs, des membres des peuples autochtones et des citoyens – ont participé à la campagne. »

La statue a été exposée plus tôt cette année lors d’une cérémonie au mémorial de guerre de la Saskatchewan, à l’extérieur de l’Assemblée législative de Régina. Elle a également fait escale dans la Première Nation voisine de Peepeekisis. Plus de 40 membres de la communauté ont servi pendant la guerre.

Près de 150 000 soldats alliés ont pris d’assaut les plages françaises le jour J, dont 14 000 Canadiens. Le gouvernement fédéral affirme qu’environ 359 Canadiens sont morts ce jour-là. Au cours des combats en Normandie, environ 5000 Canadiens ont été tués.

Nick Kazuska, un vétéran de 104 ans qui a débarqué à la plage Juno ce jour-là, était présent à la cérémonie à Régina.

« Je ne me souviens pas trop du jour J. Je me souviens que le bombardement m’a renversé », a raconté M. Kazuska, lors d’une entrevue depuis son domicile de Saskatoon.

Mme Lonie a indiqué que la statue était destinée à garder ces souvenirs vivants.

« Beaucoup d’anciens combattants sont décédés. Et l’une des choses dont nous avions peur, c’était que les souvenirs s’effacent avec le temps et qu’il n’y ait personne pour perpétuer cet héritage », a-t-elle affirmé.

« Au fur et à mesure que le temps passe, (la statue) agit comme un signet, où nous pouvons continuer à tourner les pages de l’histoire, mais toujours revenir à ce moment, car il y a un monument qui rafraîchit notre mémoire. »

Mme Lonie et des membres du Regina Rifles se rendaient en France pour la cérémonie de dévoilement. Ils participeront également à une visite de 10 jours, incluant une visite du champ de bataille.

Anciens Combattants Canada a déclaré qu’une poignée de ceux qui ont combattu le jour J seraient également présents.

« Je pense que je suis tout simplement très intéressée de parler avec (les anciens combattants) et de les remercier pour leur service », a déclaré Mme Lonie.

Les enfants des anciens combattants sont extrêmement reconnaissants, a-t-elle ajouté, car leurs parents ne racontent pas toujours beaucoup de leur temps à la guerre.

« Beaucoup de temps a passé, donc beaucoup de vie a été vécue », a-t-elle dit.

« Je pense qu’en vieillissant, ils ont réalisé l’importance de ce qu’ils avaient fait. Quand on y est, on n’est même pas sûr que ça va marcher. Vous ne faites que suivre les ordres, vous atterrissez et vous espérez pouvoir libérer l’Europe occupée par les nazis. »