Il fait chaud, très chaud ce week-end dans la région de Montréal, et un peu partout dans le sud de la province. Les températures ressenties ont grimpé jusqu’à 40 samedi et ne devraient chuter que lundi et mardi.

Mis à jour le 7 août
Léa Carrier
Léa Carrier La Presse
Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

« C’est très, très difficile », lâche Deifilia sur le seuil de son logement de Pointe-Saint-Charles, où règne une chaleur suffocante.

Derrière elle, un salon modeste baigne dans une lumière brûlante. L’octogénaire, qui vit seule, s’éponge régulièrement le front d’une main.

PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

Deifilia Mosquera ne dispose que d’un petit ventilateur pour se rafraîchir.

Pour se rafraîchir, elle n’a qu’un petit ventilateur… et du jus de pommes frais. L’air climatisé ? Trop cher, lâche-t-elle. « C’est dangereux. Il faut rester à la maison », souffle la dame d’origine équatorienne.

Pour de nombreux Montréalais, la fin de semaine « risque d’être quand même désagréable », prévient Marie-Lou Payette, météorologue d’Environnement Canada. « C’est le facteur humidex qui sera surtout assez élevé », ajoute-t-elle.

Samedi, le mercure a atteint 32 °C à son apogée, dans la région de Montréal, mais si l’on tient compte de l’humidité, la température ressentie a grimpé jusqu’à près de 42 dans certains secteurs.

La situation est similaire ailleurs dans le sud du Québec, notamment dans la vallée de l’Outaouais et le Pontiac, ainsi qu’en Mauricie et en Estrie, où on a enregistré des températures ressenties autour de 37 ou plus.

Non loin du centre-ville de Montréal, Julien offre un moment de fraîcheur à ses deux garçons, qui s’amusent dans les jeux d’eau. D’origine française, le père de famille supporte mal la chaleur au Québec.

C’est plus étouffant ici qu’en Europe. Là-bas, il fait très chaud, mais c’est moins humide. Ici, c’est moite.

Julien

La chaleur qui pèse sur le Québec devrait également se poursuivre ce dimanche, quoiqu’elle risque d’être « tempérée » par les averses prévues dans plusieurs régions, a aussi indiqué Mme Payette.

PHOTO MORGANE CHOQUER, ARCHIVES LA PRESSE

Une fille se rafraîchit dans des jeux d'eau.

À ce moment, il est « fort possible que des cellules orageuses éclatent, notamment pour les secteurs le long du fleuve Saint-Laurent et en Estrie », note MétéoMédia dans un avis publié samedi.

« Lors des deux évènements les plus extrêmes des derniers mois, soit le derecho du 21 mai et les trois tornades à Saint-Adolphe-d’Howard le 23 juillet, l’humidex avait aussi frôlé 40 avant que le mercure ne chute de manière notable en une courte période. La situation sera donc à surveiller ce dimanche », affirme-t-on également.

Dès lundi, les températures redescendront en effet rapidement, passant même sous les normales de saison, avec 20 °C prévus à Montréal notamment. « Ça va être un changement draconien de température entre dimanche et lundi », prévient d’ailleurs la météorologue à ce sujet.

Mise en garde et conseils

En temps de forte chaleur, l’agence fédérale conseille aux citoyens de boire beaucoup d’eau, de rester à l’intérieur ou à l’ombre si possible et de ne pas faire trop d’efforts physiques à l’extérieur, pour éviter les coups de chaleur ou les maux de tête. « Globalement, on suggère toujours de faire attention à la façon dont vous vous sentez. Il faut prendre ça mollo, en bon québécois. Et on ne laisse pas d’animaux dans la voiture, c’est important », rappelle la météorologue.

Réduisez les risques liés à la chaleur. Organisez vos activités extérieures pendant les heures les plus fraîches de la journée. Si vous travaillez à l’extérieur, prenez régulièrement des pauses dans un endroit frais.

Marie-Lou Payette, météorologue d’Environnement Canada

Des températures aussi chaudes en août ne sont pas particulièrement inhabituelles, rappelle toutefois Mme Payette. « On est vraiment dans la période de l’année où c’est un facteur récurrent », observe-t-elle.

La chaleur qui étouffe actuellement le Québec provient d’un système météorologique venant du nord de l’Ontario, avec un front froid. C’est toutefois à l’avant de ce système qu’on retrouve des vents soufflant du sud-ouest, accompagnés d’une chaleur et d’une forte humidité provenant plutôt du sud de l’Ontario. « C’est une fois ce creux passé que la chaleur va se dissiper dès lundi », conclut Marie-Lou Payette.

Signe que la chaleur est bien présente, deux incendies de forêt ont éclaté samedi, l’un tout près de Chandler, qui a toutefois été maîtrisé par les pompiers municipaux, l’autre près de Malartic, en Abitibi-Témiscamingue.