(Québec) Le gouvernement du Québec a honoré la mémoire de Claude Castonguay en donnant son nom à l’édifice qui abrite le siège social de la Régie de l’assurance maladie du Québec, dans le cadre d’une commémoration nationale pour saluer la contribution de ce « grand bâtisseur » du Québec moderne.

Publié le 6 juin
Charles Lecavalier
Charles Lecavalier La Presse

« Claude Castonguay a été un des grands architectes du Québec moderne. Il a inspiré des générations de Québécois, et je m’inclus là-dedans. Je suis convaincu qu’il va continuer d’inspirer d’autres Québécois à toujours viser plus haut pour le Québec. […] M. Castonguay, le Québec vous dit un énorme merci. Au revoir, M. Castonguay », a lancé le premier ministre du Québec, François Legault, lundi en fin de journée lors de la cérémonie qui se tenait à l’Assemblée nationale du Québec.

M. Castonguay est mort en décembre 2020 à l’âge de 91 ans, mais les hommages ont été retardés en raison des mesures sanitaires liées à la pandémie de coronavirus.

Actuaire de formation, M. Castonguay a été ministre des Affaires sociales de 1970 à 1973 pour le gouvernement Bourassa. Il est considéré comme le père du régime d’assurance maladie du Québec. Ce « pilier de la Révolution tranquille » a permis « aux Québécois les moins nantis d’avoir accès à des services de santé de qualité », a dit M. Legault.

Photo andré pichette, archives La Presse

Claude Castonguay en 2018

Mais M. Castonguay n’a jamais cessé par la suite de contribuer à la société québécoise, comme dirigeant d’entreprise, universitaire et intellectuel.

Il a notamment occupé les fonctions de chancelier de l’Université de Montréal et PDG de la Laurentienne. M. Legault a salué la contribution de cet « avant-gardiste » qui a donné au moins 50 ans de sa vie « au service du bien commun ». M. Legault lui-même l’a consulté lorsqu’il était ministre péquiste, puis lorsqu’il a fondé la Coalition avenir Québec.

Le feu sacré

Son fils, Philippe Castonguay, estime que son père était en quête constante du progrès. « C’est un homme qui a travaillé jusqu’à tard dans sa vie, même à l’âge de 90 ans, à se poser la question, comment on peut avancer, comme on peut avoir plus de progrès social, plus de justice sociale », a-t-il témoigné lors d’une mêlée de presse.

François Cardinal, éditeur adjoint et vice-président Information de La Presse, qui animait la cérémonie, a souligné que M. Castonguay avait une « volonté constante de faire évoluer la nation » et de participer à son épanouissement intellectuel. L’homme d’État, qui a « gardé le feu sacré jusqu’à la fin », a contribué au débat public en publiant une centaine de textes dans La Presse, a ajouté M. Cardinal.

L’édifice Claude-Castonguay est situé au 1125, Grande Allée Ouest, à Québec, et abrite le siège social de la Régie de l’assurance maladie du Québec.