« Les choses se replacent » à la grande mosquée de Québec, cinq ans après l’attentat qui a fait six morts le 29 janvier 2017. Le sentiment de sécurité est de retour chez les fidèles grâce aux nouveaux aménagements du lieu de culte, relate le porte-parole du Centre culturel islamique de Québec (CCIQ).

Publié le 27 janvier
Frédéric Lacroix-Couture La Presse Canadienne

Après l’attentat, il était difficile de rassurer les gens, a indiqué Boufeldja Benabdallah lors d’une conférence de presse présentant les détails de l’évènement de commémoration de samedi soir.

« On a traversé cette période de grande crainte et on a mis le paquet pour encore mieux sécuriser », a-t-il affirmé, jeudi, à l’endroit même où le tueur a ouvert le feu sur des dizaines de personnes.

À ses côtés, Saïd Akjour, l’une des victimes de l’attentat, n’avait pas mis les pieds dans la mosquée depuis plusieurs mois. « Je rentre et c’est comme hier exactement », a-t-il témoigné ému, se remémorant le nom de ceux qui ont perdu la vie.

M. Akjour, qui a été atteint par une balle, a dit connaître maintenant de meilleurs jours et qu’il est en mesure de voir que du positif.

Toute la semaine, différents évènements ont lieu pour souligner le triste anniversaire. Le point culminant de ces commémorations se déroulera samedi soir en présence du premier ministre François Legault et du maire de Québec Bruno Marchand.

Cet article a été produit avec le soutien financier des Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.