Les inégalités économiques ont augmenté au Canada au cours de la dernière décennie, selon le plus récent rapport du Laboratoire sur les inégalités mondiales, codirigé par l’économiste français Thomas Piketty, auteur du livre Le capital au XXIsiècle.

Publié le 7 déc. 2021
Vincent Brousseau-Pouliot
Vincent Brousseau-Pouliot La Presse

En 2021, une personne faisant partie de la tranche des 10 % des Canadiens avec les revenus annuels les plus élevés gagne en moyenne 13 fois le revenu d’une personne faisant partie du groupe des 50 % ayant les revenus les moins élevés, selon ce rapport rendu public ce mardi. En 2011, ce multiple était en moyenne de 12 fois. L’écart s’est donc amplifié au cours de la dernière décennie. Ces chiffres mesurent les revenus totaux avant impôts et transferts ; ils ne tiennent pas compte des effets des programmes sociaux visant à atténuer les écarts de revenus, et le Québec dispose d’un filet social important à cet égard.

Selon le rapport du Laboratoire sur les inégalités mondiales – le premier rapport du genre depuis 2018 –, le Canada (ratio/multiple de 13 fois ; il s’agit du ratio/multiple au paragraphe précédent) a un niveau d’inégalités des revenus plus élevé que l’Union européenne (ratio de 9 fois), mais moins élevé que les États-Unis (ratio de 17 fois).

Le groupe des 10 % des revenus les plus élevés accapare une partie de plus en plus importante des revenus totaux des Canadiens depuis 40 ans. Le seuil pour faire partie de ce groupe des 10 % : avoir des revenus annuels de 131 000 $ CAN par an.

Le Laboratoire sur les inégalités mondiales qualifie le Canada de « pays riche », mais avec de « hauts niveaux d’inégalités de richesse ». Au Canada, les 1 % les plus riches détiennent 25 % de la richesse (patrimoines) au pays, les 10 % les plus riches détiennent 58 % de la richesse, et les 50 % les moins riches possèdent seulement 6 % de la richesse, selon le rapport. Ces chiffres n’ont à peu près pas bougé depuis 25 ans. Les écarts de richesse au Canada sont similaires à ceux observés dans les pays de l’ouest de l’Europe comme la France.

En baisse sur le plan mondial

Les inégalités de revenus restent énormes sur le plan mondial. Au moins, elles ont diminué depuis deux décennies, pour revenir au niveau des années 1980. Mais elles restent très importantes : le groupe des 10 % les mieux nantis (revenu annuel moyen : 122 100 $ US par personne) gagne 52 % des revenus mondiaux, alors que les 50 % les moins nantis (revenu annuel moyen : 3920 $ US par personne) gagnent seulement 8 % des revenus mondiaux.

Les inégalités de patrimoine sont encore plus grandes : le groupe des 10 % les mieux nantis détient 76 % de la richesse mondiale (richesse moyenne : 771 300 $ US par personne), alors que le groupe des 50 % les moins nantis (4100 $ US par personne) possède 2 % de la richesse mondiale. Le groupe allant des 50 % jusqu’aux 10 % les mieux nantis détient 22 % de la richesse mondiale.

Entre les pays et à l’intérieur des pays

Le Laboratoire sur les inégalités mondiales, un laboratoire de recherche rattaché à l’École d’économie de Paris, constate une hausse importante des inégalités à l’intérieur des pays. « La hausse rapide des inégalités à l’intérieur des pays veut dire que malgré la croissance rapide des pays émergents, le monde demeure particulièrement inégal aujourd’hui », écrivent les auteurs du rapport.

Les inégalités entre les pays ont légèrement diminué depuis les années 2000, principalement en raison de la croissance économique dans les pays émergents. En 1980, le revenu moyen dans les 10 % des pays les plus riches au monde était 53 fois plus élevé que le revenu moyen dans les 50 % des pays les moins riches au monde. Ce ratio est passé à 38 fois en 2020.

Les plus riches polluent beaucoup plus

Autre conséquence des inégalités : les plus riches polluent davantage la planète.

« Il est difficile d’amplifier les efforts de lutte contre les changements climatiques sans une plus grande redistribution des revenus et des richesses », a indiqué l’économiste Lucas Chancel, codirecteur du Laboratoire sur les inégalités mondiales et coauteur du rapport.

Par habitant, les Canadiens polluent deux fois plus que les Européens, mais un peu moins que les Américains. Les Canadiens sont « parmi les plus importants émetteurs de CO2 au monde per capita », indique le rapport.

38 % : proportion des revenus obtenus par les femmes au Canada. L’aiguille n’a presque pas bougé en 10 ans.

6708 $ US : c’est le seuil du revenu annuel moyen pour accéder au groupe des 50 % des personnes avec les revenus les plus élevés sur la planète.

Consultez le comparateur de revenus du Laboratoire sur les inégalités mondiales