(Lytton) Le Service des coroners de la Colombie-Britannique a annoncé que deux personnes ont été retrouvées mortes dans le village de Lytton, en Colombie-Britannique, quelques jours après qu’il a été en grande partie détruit par un incendie de forêt.

La Presse Canadienne

L’agence croit avoir identifié les deux victimes.

L’incendie s’est déclaré mercredi, mais ce n’est que samedi que le service des coroners a été en mesure d’entrer dans le village et de rechercher des victimes.

Le Service des coroners a indiqué qu’il n’y a pas d’autres rapports de décès liés à l’incendie qui a détruit le village de Lytton.

Mais des responsables ont déclaré que certaines personnes étaient toujours portées disparues, en grande partie à cause de l’évacuation précipitée du village mercredi soir.

Plus tôt, le Service des incendies de forêt de la Colombie-Britannique a affirmé que l’incendie de forêt qui fait rage près de Lytton s’est intensifié depuis vendredi soir alors qu’un autre incendie a forcé l’évacuation de plus d’une centaine de résidences.

L’incendie qui brûle près de Lytton a atteint 83 kilomètres carrés, le service des incendies de forêt affirmant qu’une nouvelle cartographie a mis en évidence la propagation de l’incendie.

Ailleurs, un incendie de forêt incontrôlable brûlant à environ 40 kilomètres au sud-ouest de Kamloops, en Colombie-Britannique, a forcé les autorités à évacuer plus d’une centaine de résidences vendredi soir.

Les ordonnances du district régional de Thompson-Nicola indiquent que l’incendie dans la région du lac Durand a commencé à menacer les structures et la sécurité des résidents.

Des ministres fédéraux se sont engagés à soutenir les efforts de lutte contre les incendies de la Colombie-Britannique, et le ministre de la Sécurité publique, Bill Blair, a déclaré que le gouvernement se préparait pour la saison des incendies de forêt au cours des dernières semaines.

Cliff Chapman, le directeur des opérations provinciales du Service des incendies de forêt de la Colombie-Britannique, a déclaré que la récente vague de chaleur extrême a créé les conditions favorables à une « propagation importante » des incendies de forêt, avec un potentiel d’un millier de kilomètres carrés qui pourraient brûler d’ici la fin du week-end.

Vendredi, la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) a annoncé qu’elle envoyait 40 pompiers-forestiers en Colombie-Britannique. Ses sapeurs, ainsi qu’un représentant d’agence et un officier à la sécurité, partiront lundi.

Une intervention critiquée

Un chef autochtone a critiqué le gouvernement provincial en affirmant que les besoins de sa collectivité avaient été ignorés.

Selon Matt Pasco, président du Conseil tribal de la nation Nlaka’pamux, les autorités autochtones ont dû essayer de sauver des vies avec peu ou pas d’aide du gouvernement.

Il a souligné qu’il avait fallu plus de 12 heures pour revoir des nouvelles du gouvernement au moment où des évacuations étaient en cours.

Le chef, qui exploite un ranch près d’Ashcroft, a ajouté que le premier contact avec les autorités concernait son bétail et non les membres de la collectivité touchée.

M. Pasco a souligné que cela démontrait les mauvais traitements des peuples autochtones par les autorités provinciales. Il a aussi déploré l’absence de reconnaissance de leurs compétences en matière de gestion du territoire.

« Nous avons des problèmes de coordination parce que [la province] n’est pas prête à s’occuper des questions autochtones ou des peuples autochtones. »

Le ministre de la Sécurité publique, Mike Farnworth, a reconnu les lacunes du gouvernement dans un communiqué.

« Bien que nous ayons fait face à des défis, les premières communications avec le conseil tribal de la nation Nlaka’pamux et l’Oregon Jack Creek Band n’ont pas été à la hauteur des attentes », a-t-il déclaré.

Il a déclaré que le ministère avait pris des mesures pour combler les lacunes dans les protocoles qui ont contribué à cette situation.

Matt Pasco a déclaré que le conseil tribal travaille avec d’autres communautés touchées pour déterminer combien de membres restent portés disparus.

« C’est tellement dévastateur que je ne trouve pas les mots anglais pour décrire la situation. C’est difficile à comprendre », a-t-il déclaré. « À quoi ressemblera la semaine prochaine ? À quoi ressemblera le premier long week-end de septembre lorsque les enfants retournent à l’école ? », a ajouté M. Pasco.