(Montréal) Voilà qui fera plaisir à bien des enfants : contrairement à l’été dernier, les camps de vacances ont obtenu le feu vert de la Santé publique pour rouvrir cette année, annonce l’Association des camps du Québec (ACQ).

Marie-Eve Morasse
Marie-Eve Morasse La Presse

Les mesures sanitaires qui accompagneront cette réouverture seront connues au cours des prochains jours. Le président de l’ACQ, Éric Beauchemin, expliquait plus tôt cette semaine qu’un « filet de sécurité » serait érigé autour des camps de vacances pour empêcher la COVID-19 d’y entrer.

Jeudi, le ministère de la Santé et des Services sociaux a annoncé que le personnel des camps de jour et des camps de vacances serait ajouté à la liste des travailleurs essentiels pouvant être vaccinés en priorité.

Des tests préalables ou un isolement avant d’entrer au camp sont aussi envisagés. « On attend un protocole réaliste », dit Éric Beauchemin, qui ajoute que les camps de vacances mettront les bouchées doubles pour se préparer à recevoir des jeunes cet été.

L’incertitude sur la possible réouverture des camps de vacances, où les jeunes font des séjours prolongés en période estivale, planait depuis quelques semaines. Les camps de jour avaient quant à eux déjà reçu l’aval de la Santé publique pour rouvrir.

L’ACQ demande toujours à Québec une aide financière de dix millions de dollars pour rouvrir les camps de jours et les camps de vacances cet été. Les deux tiers des camps de vacances sondés par l’ACQ ont dit qu’ils étaient prêts à ouvrir dans les conditions envisagées.