(Ottawa) Les conservateurs fédéraux demandent de nouvelles audiences du comité parlementaire qui se penche sur les allégations d’inconduite sexuelle contre l’ancien chef d’état-major de la Défense, le général Jonathan Vance.

La Presse Canadienne

Un témoin ayant travaillé au cabinet du premier ministre a laissé sous-entendre la semaine dernière que la cheffe de cabinet de Justin Trudeau était au courant des allégations pesant contre l’officier supérieur.

Les membres du comité permanent de la défense de la Chambre des communes doivent terminer cette semaine un rapport sur les répercussions de la pandémie de COVID-19 sur les Forces armées canadiennes.

Les membres conservateurs du comité ont écrit dimanche au greffier pour lui demander de nouvelles audiences sur ce que connaissaient les libéraux des allégations contre le général Vance, à la suite du témoignage de l’ancien conseiller de M. Trudeau, Elder Marques.

Celui-ci a soutenu vendredi que sa patronne, Katie Telford, ou son adjoint, l’avait contacté le 1er ou le 2 mars 2018 pour lui demander de parler avec un proche conseiller du ministre de la Défense « sur une question liée » au général Jonathan Vance.

Ce témoignage semble contredire la séquence d’évènements exposée par M. Sajjan et soulève de nouvelles questions sur ce que Trudeau savait de cette affaire avant la diffusion d’un reportage par Global News en février.

On s’attend à ce que les conservateurs fassent pression pour que Mme Telford comparaisse devant le comité si les membres acceptent de tenir d’autres audiences.

« Katie Telford semble avoir joué un rôle central dans les allégations contre l’ancien général Jonathan Vance, c’est pourquoi nous pensons que les membres du comité doivent se réunir publiquement de toute urgence pour discuter de la question des témoins », ont écrit les conservateurs.

Le gouvernement libéral a été critiqué pour ne pas en faire plus après que l’ombudsman des Forces armées canadiennes de l’époque, Gary Walbourne, eut pour la première fois informé M. Sajjan d’une allégation d’inconduite sexuelle impliquant le général Vance lors d’une réunion à huis clos, le 1er mars 2018.

La nature de l’allégation signalée par M. Walbourne n’a pas été confirmée publiquement. Selon Global News, le général Vance aurait envoyé un courriel obscène à une officière de rang beaucoup plus subalterne en 2012, avant de devenir chef d’état-major de la défense en 2015.

M. Trudeau a toujours nié avoir personnellement eu connaissance des allégations jusqu’à ce que la nouvelle éclate le 2 février.

Le témoignage de M. Marques contredit aussi celui de M. Sajjan devant le comité permanent de la défense. Le ministre avait raconté que sa cheffe de cabinet à l’époque, Zita Astravas, avait d’abord communiqué avec le Bureau du Conseil privé, puis avec Elder Marques.