(Ottawa) Le premier ministre Justin Trudeau présentera des excuses officielles le mois prochain pour le traitement des Italo-Canadiens pendant la Seconde Guerre mondiale.

La Presse Canadienne

Dans un communiqué, le gouvernement indique que 600 hommes italo-canadiens ont été internés dans des camps au Canada après que l’Italie s’est alliée à l’Allemagne et s’est jointe à la guerre en 1940.

Quelque 31 000 autres Italo-Canadiens ont été déclarés sujets d’un pays ennemi.

M. Trudeau a déclaré mercredi à la Chambre des communes que son gouvernement « réparera ces torts » en présentant des excuses officielles en mai.

En 1988, le Canada s’est officiellement excusé et a offert des indemnisations de 300 millions aux Canadiens d’origine japonaise, dont 22 000 ont été internés dans des camps pendant la Seconde Guerre mondiale.

M. Trudeau n’a pas dit s’il y aurait des indemnisations pour les Italo-Canadiens.

Il a annoncé des plans pour les excuses en réponse à une question mercredi du député libéral Angelo Iacono.

« Pendant la Seconde Guerre mondiale, des centaines d’Italo-Canadiens ont été internés pour la simple raison qu’ils étaient d’origine italienne », a déclaré M. Iacono à la Chambre des communes.

« Des parents ont été extirpés de leur domicile, laissant les enfants sans leur père dans de nombreux cas et les familles sans chèque de paie pour mettre de la nourriture sur leurs tables. Des vies et des carrières, des entreprises et des réputations ont été interrompues et ruinées, et pourtant personne n’a été tenu pour responsable. »

« Les Italo-Canadiens vivent avec ces souvenirs depuis de nombreuses années et ils méritent de pouvoir passer à autre chose. »

M. Trudeau a répondu que les Canadiens d’origine italienne « font face à la discrimination et aux stéréotypes persistants liés aux erreurs commises par nos gouvernements et institutions du passé qui continuent de les affecter à ce jour ».

« Je suis fier de me lever et de dire que notre gouvernement réparera ces torts qui ont été causés à la communauté italienne par des excuses officielles au mois de mai. »

Le communiqué du gouvernement rappelle qu’en 1939, le Règlement sur la défense du Canada donnait au ministre de la Justice le droit d’interner, de saisir des biens et de limiter les activités des résidants canadiens nés dans des pays en guerre avec le Canada.

En 2018, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a émis une déclaration pour exprimer ses regrets pour son implication dans l’internement.

« Le Canada compte plus de 1,6 million de Canadiens d’origine italienne, l’une des plus importantes diasporas italiennes au monde. Dans les années suivant la guerre, ils ont fait des contributions incommensurables à la fabrique sociale, culturelle et économique du Canada », affirme le gouvernement dans son communiqué.