L’homme soupçonné d’avoir proféré des menaces de mort et d’avoir harcelé une jeune Québécoise d’origine asiatique dans le métro de Montréal a été arrêté samedi par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

L’agression rapportée par La Presse la semaine dernière est survenue le 27 mars dernier. Rebecca Ng, une Montréalaise de 29 ans, se trouvait à l’intérieur d’une voiture de métro après sa journée de travail. Un homme barbu se serait dirigé vers elle à la station Lionel-Groulx. Il aurait tenté de l’intimider en proférant des insultes racistes.

Mme Ng a filmé le tout, « ce qui aurait rendu le suspect furieux », explique le SPVM par communiqué. Sur la vidéo qui a fait le tour des réseaux sociaux, on peut voir l’individu faire le geste de pointer la victime avec une arme et imiter les bruits d’un coup de feu.

« Je suis soulagée et agréablement surprise que tout ça ait été pris au sérieux. Je n’aurais jamais pensé que ça irait aussi loin », a expliqué Rebecca Ng à La Presse jeudi matin. La semaine dernière, elle avait expliqué qu’elle ne s’était « jamais sentie aussi seule » que pendant l’agression. « Tout le monde évitait mon regard après l’événement. Personne n’a réagi pendant qu’il m’insultait. Personne ne m’a demandé comment j’allais après », avait-elle confié.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Rebecca Ng

« Informés de la situation, les enquêteurs du Module incidents et crimes haineux du SPVM, appuyés par les patrouilleurs du PDQ 38, ont communiqué avec des membres de la communauté asiatique pour retrouver et rencontrer les victimes. Grâce à cette collaboration, le suspect a pu rapidement être identifié et arrêté », précise le corps policier dans sa déclaration.

La STM satisfaite

Appelée à réagir, la Société de transport de Montréal (STM) a dit accueillir l’arrestation de l’individu « avec satisfaction » jeudi, saluant au passage « l’efficacité » des policiers montréalais.

Tous nos clients ont le droit d’être en sécurité lorsqu’ils se déplacent en bus et en métro, et ce type d’incident, bien que rare, est déplorable et inacceptable.

Philippe Déry, conseiller corporatif à la STM

Il affirme que les inspecteurs de la société de transport, qui travaillent de concert avec les policiers du SPVM, patrouillent activement dans le réseau « pour assurer des déplacements sécuritaires ». « Nos deux organisations collaborent étroitement dans le cadre d’enquêtes ainsi que pour établir des stratégies d’intervention communes et intégrées », souligne le porte-parole.

Rappelons que toute personne victime d’un crime haineux peut composer le 911. Une personne victime d’un évènement haineux peut remplir un rapport en ligne. La STM rappelle également que « dans de telles situations, il est recommandé d’utiliser l’intercom pour aviser l’opérateur ». « Nous en appelons aussi au sens civique des clients présents », conclut M. Déry.

Le 21 mars dernier, un peu plus de 3000 manifestants sont descendus dans la rue à Montréal pour dénoncer les actes à caractère raciste envers la communauté asiatique. La Presse a rapporté au début du mois que le nombre d’actes racistes et de crimes haineux envers les Québécois d’origine asiatique signalés au SPVM avait quintuplé depuis le début de la pandémie.