Le gouvernement du Québec a créé un nouvel outil pour repérer les lieux officiels honorant des femmes qui ont marqué l’histoire. Où se trouvent les parcs Alys-Robi ? Qui sont Simonne Monet-Chartrand et Marie-Josèphe-Angélique ? La Commission de toponymie propose de rencontrer 50 femmes hors du commun.

Véronique Lauzon Véronique Lauzon
La Presse

À l’approche de la Journée internationale des femmes, Québec dévoile ce dimanche la carte interactive « Femmes remarquables du Québec ». Plusieurs autres cartes seront dévoilées ultérieurement, dont une sur l’histoire politique du Québec et une autre sur la toponymie autochtone.

Cet outil conçu par la Commission de toponymie permet d’en apprendre plus sur des femmes qui ont changé le Québec à leur manière. En plus de comprendre une courte biographie et une photo ou une image, la fiche de chaque personnalité permet de découvrir des lieux, comme des édifices, des monts, des bibliothèques ou des rues, à leur nom. Il y a par exemple 52 lieux commémorant Marguerite Bourgeoys, d’Amos à Sherbrooke en passant par Rivière-du-Loup.

La Commission de toponymie a voulu choisir des femmes de plusieurs champs d’activité, de toutes les époques, ainsi que « des Québécoises de naissance et d’adoption ». On retrouve notamment la pionnière de l’enseignement et de la pratique de la médecine Maude Abbott, la militante pour l’enseignement dans des classes mixtes Esther Blondin et la militante pour l’avancement des droits des femmes au Québec Idola Saint-Jean.

Des artistes se glissent également dans ce palmarès, dont la première romancière québécoise, Laure Conan, la chanteuse et autrice Pauline Julien, la comédienne Denise Pelletier et l’écrivaine Anne Hébert.

D’autres noms seront ajoutés à cette carte, en plus de vidéos et d’enregistrements sonores. Il existe près de 4500 noms de lieux officiels qui rappellent une femme au Québec.

Le ministre responsable de la Langue française, Simon Jolin-Barrette, a déclaré que cette carte permettait de découvrir la contribution parfois méconnue de Québécoises. « L’exploration de cette carte est une nouvelle occasion d’apprécier l’apport des femmes au développement du Québec et à la construction de son identité, d’hier à aujourd’hui », a-t-il ajouté dans le communiqué de presse.

La ministre responsable de la Condition féminine Isabelle Charest a quant à elle ajouté que « reconnaître la participation des femmes à notre société contribue aussi à faire avancer l’égalité entre les femmes et les hommes ».