(Montréal) À l’image de l’hiver qui tire à sa fin, le printemps sera doux au Québec, peut-être même le printemps le plus doux depuis longtemps, selon les prévisions de Météomédia.

Stéphane Blais
La Presse Canadienne

Contrairement aux dernières années, les périodes de fraîcheur ne devraient pas se prolonger dans l’est du pays dans les prochaines semaines.

« Ça risque d’être un des printemps les plus doux des 10 dernières années, au moins depuis 2013 », a prédit le chef de service de la météorologie à MétéoMédia, André Monette, en entrevue avec La Presse Canadienne.

Selon le météorologue, quelques bonnes tempêtes printanières apporteront toutefois des précipitations supérieures à la normale pour les Grands Lacs et la vallée du Saint-Laurent, mais le nombre de journées avec des précipitations se situera entre 35 et 45 jours, soit près des normales.

L’hiver a toutefois encore quelques soubresauts à offrir avant que l’on puisse entendre le chant de reproduction des hirondelles.

« Le couvert de neige est actuellement bien garni dans le sud du Québec, ce qui va permettre de profiter des sports d’hiver pendant encore quelques semaines », a indiqué André Monette en précisant qu’il pourrait y avoir encore « quelques bordées de 10 ou 15 cm », même si aucune tempête majeure ne se pointe à l’horizon.

Des risques d’inondations faibles

En 2019 et 2017, une combinaison catastrophique de pluies abondantes survenues à la suite d’un hiver neigeux et la fonte subite du couvert de neige avaient provoqué des inondations historiques dans plusieurs régions du Québec.

Mais cette année, rien ne laisse présager de tels évènements ; au contraire, avec un faible contenu en eau dans le couvert de neige, le risque d’inondations est plutôt mineur.

« Les glaces se sont formées tardivement, ce n’est pas une saison qui sera problématique, ça risque de fondre et de se dissiper de manière typique pour une saison printanière », a avancé le chef de service de la météorologie à MétéoMédia.

La transition vers l’été devrait se faire en douceur, tandis que les températures clémentes se poursuivront. « Ce qu’on voit pour l’instant, c’est un bel été. Il n’y a aucun scénario qui ramènerait du temps frais ou moche, on devrait avoir un bel été avec des températures au-dessus de la normale », a précisé le météorologue André Monette.