N’eût été la réaction d’un conducteur qui a fait sortir son camion de la route au dernier instant, le retour à la maison des enfants d’une école de Prévost aurait pu virer à la catastrophe, mardi, sur un tronçon de la route 117 dont la dangerosité est dénoncée depuis des années auprès du ministère des Transports.

Publié le 7 févr. 2021
Nicolas Bérubé
Nicolas Bérubé La Presse

Maxime Fortier, père de deux fillettes qui fréquentent l’école primaire Val-des-Monts, venait de franchir les quatre voies de circulation avec ses enfants à la traverse scolaire, mardi après-midi, quand il a vu arriver un camion de type camionnette sur la route 117.

« La brigadière scolaire avait levé son panneau “Arrêt”, les enfants traversaient et une voiture était déjà immobilisée, dit-il. Mais il neigeait et le conducteur du camion qui arrivait derrière la voiture était incapable de freiner. »

C’est à ce moment que le conducteur du camion a entrepris de déporter son véhicule dans le banc de neige en bordure de la route. Le tout s’est déroulé en quelques secondes.

« Le camion est passé à deux doigts d’emboutir la voiture, et la voiture aurait heurté les enfants et la brigadière, explique M. Fortier. Il a fallu faire venir une remorqueuse pour sortir le camion de l’amas de neige. Ça vous donne une idée de la force de l’impact », dit-il, ajoutant avoir été « secoué » par la scène.

Lucie Laforte, mère de deux enfants qui fréquentent l’école Val-des-Monts, venait de traverser quelques instants plus tôt quand elle a entendu des enfants crier.

« Je me suis retournée, et j’ai vu le camion qui était dans le banc de neige. Il était croche, comme incliné. »

Le fait que le conducteur n’a pas réussi à immobiliser son véhicule à la traverse scolaire montre qu’il allait trop vite pour la sécurité des enfants et de la brigadière, dit-elle.

En attente d’une solution

« Ça fait des années qu’on demande au ministère des Transports de réduire la limite de vitesse ici, mentionne Mme Laforte. On dirait qu’ils attendent qu’un enfant se fasse heurter avant d’agir. »

La limite de vitesse est fixée à 70 km/h dans ce secteur de la route 117 densément développé, où des dizaines de restaurants, cliniques et autres commerces et services de proximité sont apparus ces dernières années. Souvent glacés ou recouverts d’une couche de neige, les accotements sont minimaux et ne sont pas bordés de trottoirs.

Florence Plourde, attachée de presse de François Bonnardel, ministre des Transports, signale que la Ville de Prévost, le bureau de la députée de Prévost, Marguerite Blais, ainsi que le MTQ sont au courant du problème et « travaillent ensemble afin de mettre en place une solution qui réglera cet enjeu. On ne veut faire aucun compromis sur la sécurité. Si tout va bien, nous prévoyons annoncer le plan de match rapidement », a-t-elle dit.

En décembre, La Presse avait publié un reportage sur les dizaines d’enfants contraints de marcher à cet endroit, situé au cœur de la ville de Prévost, pour se rendre à l’école Val-des-Monts, qui accueille près de 400 élèves.

La direction de l’école, le maire de la ville de même que des parents d’élèves de l’école demandent depuis des années à la direction Laurentides–Lanaudière du MTQ d’abaisser la limite de vitesse à 50 km/h et de réaménager la route 117 à cet endroit.

La direction générale des Laurentides–Lanaudière du MTQ a jusqu’ici refusé d’abaisser la limite de vitesse, alléguant que cela ne ferait pas diminuer le danger sur ce tronçon pour les usagers les plus vulnérables puisque certains conducteurs ne respecteraient pas la nouvelle limite.